Dans une vidéo, des étudiants en médecine de Rabat dénoncent nos comportements face aux antibiotiques

Publication: Mis à jour:
ANTIBIOTICS
zneb076 via Getty Images
Imprimer

MÉDECINE - "Les antibiotiques, c'est pas automatique". Si ce slogan a eu le mérite d'être resté dans les esprits, il n'est toujours pas appliqué à la lettre au Maroc. À l'occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques démarré le 13 novembre dernier, une association d'étudiants en médecine de Rabat, Méd'Ociation, a publié une vidéo pour sensibiliser les esprits et alerter sur les dangers de la sur-consommation d'antibiotiques.

Cette vidéo, écrite, tournée et joué avec les moyens du bord par des étudiants en médecine, débute par l'image d'un homme décédé, recouvert d'un drap blanc. Quelques secondes, après on retrouve ce même homme 10 ans auparavant: il est alors un patient agacé par le fait que son médecin traitant ne lui ait pas prescrits d'antibiotiques. Ce dernier finit quand même par en utiliser systématiquement, encourageant par ailleurs son entourage à en faire de même. Il finira par succomber à une maladie contractée à la faveur d'une résistance des bactéries aux antibiotiques.

C'est une vidéo "choc" que voulaient les étudiants en médecine, pour alerter l'opinion publique sur la prise abusive d'antibiotiques. "Même dans notre entourage on est confronté à cela, avec des personnes qui dès qu'elles ont une douleur à la gorge se dirigent directement sur l'amoxicilline", explique au HuffPost Maroc Fatima Zahra Hammoud, responsable de la communication externe de l'association.

Pour cette dernière, la sur-utilisation des antibiotiques peut mener à une plus grande résistance des patients aux médicaments et peuvent avoir des conséquences fatales. "Nous voyons cela tous les jours, des patients qui viennent avec des maladies bactériennes que l'on n'arrive pas à soigner car ils ont développé une résistance aux antibiotiques. Très récemment, nous avons ainsi eu un cas similaire avec un patient venu avec une maladie soignable, mais sur laquelle aucun des antibiotiques prescrits n'a pu faire effet parce que depuis tout petit, dès que ce patient avait mal à la gorge, sa mère se précipitait sur l'amoxicilline, ajoute Fatima Zahra Hammoud. La situation peut dans des cas extrêmes mener à un choc septique, une insuffisance circulatoire aiguë provoquée par une infection bactérienne, et qui peut être fatale pour le patient. "Nous-même, en tant qu'étudiants, sommes en train d'apprendre. Avec cette campagne, nous voulons partager ces informations avec le public et l'alerter sur les comportements à risque", ajoute la responsable de la communication externe de l'association.

Cette dernière explique que cette sur-consommation n'est cependant pas spécifique au Maroc. "En Europe, les médecins rencontrent ce même problème", explique Fatima Zahra. "On ne dit pas aux Marocains de systématiquement voir le médecin dès qu'ils sont malades, mais de suivre ses recommandations ou celles d'un pharmacien. Si ces derniers considèrent qu'un malade n'a pas besoin d'antibiotiques, il faut respecter leur parole et ne pas chercher à s'en procurer coûte que coûte".

La vidéo a été partagée sur les réseaux sociaux, où le débat s'est installé. À cet internaute qui s'interroge sur la possibilité pourtant d'acheter sans ordonnance des antibiotiques, cet étudiant de l'association répond: "Sur n'importe quelle boite d'antibiotiques, même ici, il est inscrit que c'est un médicament qui nécessite une ordonnance ainsi que le respect des doses prescrites, d'où notre idée de faire une video de sensibilisation. Si on ne peut agir sur la vente, on peut toujours essayer d'agir sur la population!"

LIRE AUSSI: