Cette tunisienne observe les élections municipales au Danemark et y trouve une source d'inspiration pour la Tunisie

Publication: Mis à jour:
DANISH ELECTIONS
Ballot box with flag of Denmark and voting papers. Danish presidential or parliamentary election. 3d illustration | Bet_Noire via Getty Images
Imprimer

Dans le cadre du Programme de Partenariat Dano-Arabe (DAPP), Dorsaf Hmaied, une participante tunisienne à la délégation arabe choisie pour assister aux élections locales danoises, raconte ses observations dans un article publié par la radio-télévision publique danoise "Danmarks Radio".

L'article décrit une tunisienne qui découvre un climat de vote nettement différent de celui qu'elle avait connu en Tunisie. Ce qui a interpellé Dorsaf au début, était la présence massive de jeunes, dans une absence de supervision, ou de police.

"L'engagement des gens est vraiment inspirant. On sent tellement de confiance. Vous ne contrôlez pas vos scrutins de la même manière qu'en Tunisie. Ici c'est plus simple, les gens se déplacent et votent" a-t-elle déclaré à la radio Danoise.

La Tunisie devrait s'en inspirer

Dorsaf Hmaied estime que la Tunisie pourrait apprendre de l'exemple de dialogue et de coopération qu'on voit dans les élections au Danemark.

Elle est particulièrement inspirée par l'engagement des citoyens danois, mais aussi par la capacité du gouvernement à les mener à bien, plus particulièrement par sa flexibilité. En effet, Dorsaf apprécie le fait de pouvoir voter sur plusieurs jours au Danemark, alors qu'en Tunisie, dit-elle, "on est obligés de programmer les élections le dimanche, afin d'éviter que personne n'aille voter".

Au cours de sa visite, Dorsaf a suivi un certain nombre de politiciens locaux dans leurs campagnes électorales, et dit vouloir œuvrer à rendre le système électoral tunisien plus flexible, à l'image de celui du Danemark.

"C'est très inspirant de voir comment les politiciens s'entraident, dialoguent et collaborent. La Tunisie aurait beaucoup à apprendre. Et puis les candidats font des gestes originaux pour atteindre leurs électeurs. Par exemple, certains distribuent au cours de leurs meetings des enveloppes contenant du chocolat" déclare Dorsaf à la radio danoise.

Les critiques des observatrices

Pour Katarina Blomqvist, responsable des activités de KVINFO (l'ONG danoise organisatrice de la visite) au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, l'expérience acquise dans un pays peut également bénéficier à des partenaires dans d'autres pays, et peut ainsi dans le cadre de ce partenariat, favoriser le réseautage transfrontalier. A cet effet, elle estime qu'en dépit du fait que ces jeunes femmes arabes soient en visite d'apprentissage sur l'activité politique de leurs homologues danoises, le Danemark pourrait lui aussi apprendre de l'expérience électorale tunisienne.

Les membres de la délégation arabe ont ainsi attiré l'attention sur les lacunes toujours présente en matière d'égalité homme-femme au Danemark. En effet, les femmes y représentent moins de 30% des politiciens municipaux et des maires.

"Elles s'étonnent que l'égalité n'y soit pas plus établie et qu'il n'y ait pas beaucoup plus de femmes dans la politique municipale. Elles pensaient que ce problème était résolu depuis longtemps au Danemark" a déclaré Katarina Blomqvist au média danois, avant d'ajouter "Cette visite aura été une révélation pour nous, car ça nous permettra de nous améliorer à ce niveau".

Un programme qui ne date pas d'hier

Le Programme de Partenariat Dano-Arabe soutient les processus de réformes politiques tout en visant le renforcement du dialogue entre le Danemark et le monde Arabe.

Après le printemps arabe, le budget annuel du DAPP est passé de 15,8 à 43,6 millions de dollars américains, un partenariat qui s'est étendu à l’Egypte, la Tunisie, la Syrie et la Libye. Avant 2011, le programme se limitait au Maroc, à la Jordanie et au Yémen.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.