Samia Abbou à Youssef Chahed: "Vous avez eu l'opportunité de devenir un bon leader, mais ..." (VIDÉO)

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Fidèle à son image, la députée du Courant démocratique Samia Abbou a tiré à boulets rouges sur le chef du gouvernement Youssef Chahed et son équipe, mardi 22 novembre 2017, en séance plénière consacrée au débat sur le Projet de loi de Finances (PLF) 2018.

"Un peu plus de modestie" a appelé Abbou en critiquant les projections faites pour l'année 2020. Elle a estimé que le gouvernement actuel qui a commis de graves erreurs pour ses prévisions de l'année 2017, ne pourrait pas tabler sur des taux aussi précis pour 2020. Elle a rappelé que l'écart entre le réalisé et le prévisionnel en 2017 était flagrant. "La différence du déficit de 2017 était de 2000 millions de dinars, 600 millions de dinars pour les salaires, 900 pour la subventions..." a-t-elle précisé.

En ouverture de cette séance plénière, le chef du gouvernement Youssef Chahed avait estimé que la Tunisie pouvait atteindre les 5% de croissance d'ici 2020.

Abbou a considéré que le projet de loi de 2018 ne présente aucun programme clair et manque de vision. Elle a indiqué que ce dernier ne prend pas en considération la crise actuelle qui frappe le pays. "C'est comme si ce projet de loi il n'est pas destiné à la Tunisie" a-t-elle répliqué. "Aucun effort n'a été fourni pour mettre fin aux problèmes qui ronge la Tunisie" a-t-elle encore lancé.

La députée de l'opposition a estimé, par ailleurs, que certains membres du gouvernement Chahed manquent de compétences et ne pourront pas adopter les réformes nécessaires pour sauver le pays. Elle a noté que même les réformes adoptées récemment sont en réalité imposées par des diktats extérieurs, selon ses dires.

Abbou a, d'autre part, évoqué la guerre menée contre la corruption. Elle a indiqué que certains dossiers dont certains sont relatifs à la famille du président de la République sont entre les mains du Chef du gouvernement mais qu'ils n'ont pas été traités.

"Vous avez eu l'opportunité de devenir un bon leader, mais vous avez refusé. Vous avez choisi d'être un simple réformiste dans un système pourri et corrompu. Nous avons besoin de changement. Nous pouvons avoir mieux" a-t-elle conclu.

Mardi 22 novembre, une plénière a été consacrée à l’examen du projet de loi des Finances et du budget de l’Etat au titre de l’année 2018. Répondant aux interrogations des députés, le chef du gouvernement a souligné que "les multiples difficultés auxquelles fait face l'économie nationale nécessite un partage des sacrifices." Il a évoqué, par ailleurs, la détermination de son cabinet à poursuivre la lutte contre la corruption ajoutant que la Justice demeure une composante essentielle de cette guerre ouverte.

"L’augmentation, pour la première fois, du budget du ministère de la Justice, la hausse des salaires des magistrats et la mobilisation de fonds pour le Pôle judiciaire et financier sont autant d’indices qui reflètent la volonté de combattre ce fléau", a soutenu Chahed à la clôture de la plénière.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.