Coopération: L'ONCF partage son expérience avec les réseaux africains

Publication: Mis à jour:
ONCF
Imprimer

L'Office National des Chemins de Fer (ONCF) abrite en ce moment et jusqu'au 1er décembre la 4e édition de Formation sur la maintenance de la voie ferré. Accueillie à Rabat par le Centre de Formation Ferroviaire de l’ONCF, cette formation annuelle est cette fois-ci dispensée à de hauts responsables de plusieurs réseaux africains venus d'Algérie, de Burkina Faso, du Congo, de la Côte d’Ivoire, du Maroc, de la Mauritanie, du Sénégal, et de la Tunisie.

Tous sont invités à se pencher sur les axes directeurs de l’étude relative à la revitalisation du rail en Afrique, portée par les ministres africains chargés des transports. Une étude qui a vu le jour à la faveur de la 3èmeconférence organisée en avril 2014 à Malabo en Guinée Equatoriale et qui sert de feuille de route, à moyen et long termes, à ce secteur.

L'étude comportait entre autres remarque le retard considérable pris par la plupart des réseaux africains subsahariens en matière de réhabilitation de l’appareil de production, impliquant ainsi la modernisation de 81.000 km et la construction de 13.200 km de nouvelles lignes selon les standards internationaux.

En plus de visites de chantiers ciblés, la formation comprendra des cours théoriques, des études de cas et des conférences autour de thématiques spécifiques co-animés par des experts ONCF et UIC Région Afrique, que le Maroc préside depuis 2010.

Partenariat Sud-Sud

"Il est à noter que l’ONCF ne cesse de multiplier ses initiatives pour partager son expérience et son savoir-faire avec les réseaux africains, afin de donner une nouvelle impulsion et redynamiser davantage le partenariat Sud-Sud dans les différents domaines ferroviaires", rapporte l'office dans un communiqué.

L'ONCF rappelle ainsi que la coopération a pu porté sur l’organisation de 10 conférences et séminaires autour de sujets d’actualités et ciblés, avec la mobilisation de 85 experts et environ 1.800 participants, mais aussi sur la réalisation d’une dizaine de cycles de formation axés sur la sûreté, la sécurité ferroviaire et la maintenance de la voie, l’organisation d’une vingtaine de visites d’information au profit des différentes délégations africaines, la réalisation de deux études prospectives…

"L’objectif étant de contribuer à asseoir le développement d’un système de transport ferroviaire africain fiable et viable, porteur de la mobilité durable et de l’inclusion économique du continent", ajoute dans le communiqué l'ONCF, ajoutant que la démarche s'inscrit en droite ligne avec la politique royale "en matière de renforcement de la coopération Sud-Sud et d’amélioration du positionnement et de la compétitivité du continent africain sur la scène internationale".