"Frèrisme" pour les uns, "ségrégation" pour d'autres: Un festival de musique électronique crée la polémique

Publication: Mis à jour:
FESTIVAL
Friends enjoying concert / music festival. | m-gucci via Getty Images
Imprimer

Si l'on est adepte des festivals de musique, principalement la musique électronique, on a pu rencontrer lors de ces soirées les looks les plus indéfinissables qui soient, se parant de pas de danses particulièrement remuants.

Ce sont des jeunes dont l'apparence revêt de spécificités récurrentes et que d'autres ont très vite catalogué. Le terme "Frérisme" fait alors surface au sein de la société tunisienne, créant ainsi une sorte de tranche sociale, dont le gentilé est désigné par "frère", "fréra" si c'est une fille.

LIRE AUSSI: Le "Frérisme", cette nouvelle tendance étymologique en Tunisie

La tolérance en prend un coup et les jugements se font en tapinois, entre amis, ou alors sur les réseaux sociaux. Mais c'est le coup fatal lorsqu'un média publie une interview, le 20 novembre 2017, avec les organisateurs d'un festival sur Tunis qui devrait avoir lieu le 2 décembre.

Le titre affichait: "Intense avec Amelie Lens: "Only for Good People"? Authentica explique son plan".

Pour l'explication, "Only for Good People" ("Seulement pour les gens bien") est le slogan du club où se tiendra la soirée avec la Djette Amelie Lens. Authentica est le nom du promoteur du festival, qui se déroulera sur plusieurs soirées à des dates distinctes.

L'article a été supprimé par le média, mais une internaute a gardé des captures d'écran, qui révèlent les réponses pour le moins étranges des organisateurs envers certains festivaliers.

L'article parle "d'une sélection à la porte"

"Notre devise a toujours été 'Techno for Everyone', mais, en Tunisie, c'est différent. On s'est retrouvé obligé d'effectuer une sélection pour cette fois et pour tous nos prochains events", atteste Authentica au magazine en question, People's beats.

Ils parlent d'"intrus" qui sont "en train de nuire à la scène en Tunisie à cause de leurs apparences et comportements inadéquats", et ce à cause de ces coupes "undercut" ou "fade" qui les font ressembler à... "des frères". Voilà, ils ont finit par le dire.

L'article supprimé les évoque en ces termes: "Certaines coiffures sont typiques du genre des personnes indésirables. Si elles vont parfaitement à Neymar ou Dani Alves, les Tunisiens, ça les fait ressembler à ce qu'on appelle communément aujourd'hui 'des frères', alors c'est à éviter!"

Leur plan? Ils feront la sélection à la porte, selon l'apparence des festivaliers: "Votre pass vous donne une option pour entrer, mais si vous ne correspondez pas à ce qu'on voudrait voir, on vous rendra votre argent dès l'entrée".

Un plan qualifié de "chasse aux frères" par le magazine

Authentica explique également qu'ils ont choisi le "Carpe Diem" pour accueillir le festival, car en effet, ils adhèrent à leur slogan "Only for Good People".

Les gérants du club ont très vite fait de rétorquer, se désengageant des propos des organisateurs de la soirée, annonçant également qu'ils se désolidarisent du magazine People's Beats en dénonçant les propos publiés dans l'article.

Suite à la polémique, l'article a été supprimé du magazine People's Beats, et un long statut a été publié sur la page Facebook du média, où la rédaction a avoué l'erreur d'appréciation commise tout en s'excusant auprès du Carpe Diem mais aussi auprès de la communauté victime de "ségrégation honteuse".

"Nous nous excusons aussi auprès de la communauté en Tunisie qui se trouve face à un phénomène qui divise et segmente la population consommatrice de cette musique. Nous ne le soutenons pas, et encore moins quand il devient aussi explicite nous rappelant certaines ségrégations honteuses des sociétés humaines", ont-ils attesté.

Quant à Authentica, le promoteur de l'événement, ils ont également publié un statut Facebook s'expliquant sur leurs propos parlant de "réactions disproportionnées parlant de racisme et de ségrégation alors que cela n'a absolument rien à voir avec ça" avant d'ajouter: "Tout ce qu'on demande, c'est une tenue, apparence et comportements correctes des gens voulant assister à ce rassemblement de façon à ne pas gêner ceux qui sont autour d’eux".

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.