Emmanuel Macron invite une immigrée marocaine sans papiers à rentrer au Maroc où elle n'est "pas en danger"

Publication: Mis à jour:
MACRON
BFM TV
Imprimer

IMMIGRATION - Les caméras de la chaîne d'information française BFM TV ont capturé un bref échange entre le président Emmanuel Macron et une femme d'origine marocaine, mardi 21 novembre en marge de la 33e campagne hivernale de distribution des Restos du Coeur à Paris.

À la sortie d'un centre des Restos du Coeur dans le 10e arrondissement parisien, le président français se fait interpeller par plusieurs habitants du quartier sur la condition des immigrés sans papiers. "La France est un pays généreux, mais elle ne peut pas accueillir toute la misère du monde", fait valoir le chef d'Etat devant la foule.

Une femme marocaine l'apostrophe alors, lui demandant un droit d'asile devant plusieurs caméras de télévision. Emmanuel Macron lui demande la raison de sa présence en France et pour quel motif elle a obtenu un visa. Elle explique avoir obtenu un visa de commerce, bientôt expiré et être venue en France voir ses parents malades, qui y résident. La France "ne pouvait pas accueillir tous les gens qui viennent sur des visas de commerce ou d’étudiant, et qui restent après (...) Je ne peux pas vous mentir. Donc après, il faut retourner dans son pays. Je vous le dis franchement", lance-t-il.

"Au Maroc, vous n’êtes pas en danger"

"Après, on aide les gens quand ils sont malades. Mais je ne peux pas donner des papiers à tous les gens qui n’en ont pas. Sinon comment je fais après, avec les gens qui sont déjà là, et qui n’arrivent pas à trouver un travail", déclare encore Emmanuel Macron.

"Il faut protéger les gens très faibles qui sont en insécurité chez eux, mais si vous n’êtes pas en danger dans votre pays, il faut retourner dans votre pays. Au Maroc, vous n’êtes pas en danger", lui explique le président. "Vous pouvez venir les visiter (les parents de la jeune femme, ndlr) régulièrement si vous voulez. S’ils sont là, on les soigne. C’est ça le droit en France. C’est déjà très généreux, vous imaginez", tranche-t-il.

Les déclarations du président ont aussitôt fait réagir sur Twitter, où partisans de l'extrême-droite ont manifesté leur accord avec ses propos.

LIRE AUSSI: