Face aux députés, Youssef Chahed défend son projet de loi de finances 2018 (VIDÉO)

Publication: Mis à jour:
Imprimer

C'est une journée cruciale pour le chef du gouvernement, Youssef Chahed. Ce mardi, il est mené à présenter les grandes lignes du projet de la loi de fiances 2018 devant les députés de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) et trouver les mots justes pour les convaincre de l'adopter.

Avec un peu de retard, Chahed a prononcé son discours dans lequel il a évoqué les directives économiques du pays et mis en relief les apports de ce projet de loi.

Il a fait savoir que le Projet de la Loi de Finances 2018 s'articule autour de quatre axes à savoir:

  • La mise en place de mesures nécessaires capables de booster l'investissement, encourager l'épargne et soutenir les PME
  • L'adoption de mesures pour lutter contre l'évasion fiscale et lutter contre la fraude financière
  • L'instauration de la justice fiscale et encourager la mise en place des ressources autonomes
  • L'amélioration des services, le maintien du pouvoir d'achat des citoyens et la réduction du taux de chômage

Dans son discours, Chahed a dressé le bilan général de la situation économique du pays où il est revenu sur les difficultés et les défis auxquels la Tunisie fait face. Il a souligné que la priorité majeure de son gouvernement est d'améliorer la situation économique du pays et faire virer les indicateurs du rouge au vert d'ici 2020.

Face aux défis, Chahed a indiqué qu'il fallait rétablir les moteurs de la production notamment dans les secteurs de l'agriculture, du tourisme, de l'export et de l'investissement. Il a rappelé que certes les protestations sont un droit acquis mais elles ne devraient pas freiner la croissance économique. "Le mouvement social qui ralentit la production ne fait que contrecarrer les moyens capables de fournir des solutions à leurs problèmes", a-t-il expliqué.

Critiquant le manque de vision à moyen et long terme dans les précédentes politiques économiques post-révolutionnaires, Chahed a indiqué que le PLF2018 et le projet de budget de l’État au titre de l’année 2018 constituent, quant à eux, un nouveau pas pour remédier à la crise et atteindre les objectifs escomptés pour l'année 2020.

Il a précisé que le PLF2018 permettra de:

  • Faire reculer, dans un premier temps,le déficit budgétaire à 4,9%. Une première phase afin d'atteindre en 2020, les 3% de déficit
  • Maitriser l'endettement pour qu'il ne dépassera pas les 70% en 2020
  • Se diriger vers l'atteinte d'un équilibre au niveau de la masse salariale pour atteindre un taux inférieur à 12,5% en 2020
  • Atteindre un taux de croissance de 3% pour l'année à venir, de 4% en 2019 et de 5% en 2020

Pour atteindre ces objectifs, le Chef du gouvernement a présenté dix initiatives gouvernementales permettant le redressement économique. Il s'agit de:

  • Lever les obstacles à l'investissement
  • Améliorer le financement des petites et moyennes entreprises
  • Préparer d'un programme national exceptionnel de soutien aux exportations
  • Adopter un ambitieux programme de développement dans les domaines du renforcement des infrastructures et la mise en place d'une nouvelle approche destinée aux grands projets, et ce à travers une vision claire par la préparation d'un plan directeur pour les projets à réaliser dans le cadre du partenariat public-privé. En plus d'un plan national combinant routes, zones industrielles et pôles technologiques
  • Appuyer le programme Tunisie numérique 2020
  • Lancer le programme tunisien d'énergie solaire
  • Entamer les études pour l'achèvement des postes d'amarrage 8 et 9 dans le port de Rades
  • Activer le livre blanc sur l'endettement du secteur touristique et lancer une nouvelle stratégie pour soutenir le secteur
  • Soutenir le mécanisme d'essaimage dans les institutions à ​​partir des projets des grands groupes économiques publics ou privés
  • Renforcer et restructurer le réseau de soutien et d’appui aux leaders institutionnels

Le programme de la plénière consacrée au démarrage des débats sur le projet de budget de l’État comporte la déclaration du gouvernement et la présentation du rapport général du projet du budget estimé à 35 milliards 851 millions de dinars, soit une évolution de 4,3% par rapport à l’année dernière.

Selon le programme, cette séance plénière sera consacrée au démarrage des débats sur le projet de la loi de Finances 2018 et la présentation du rapport général du projet du budget de l'État qui est estimé à 35 milliards 851 millions de dinars, soit une évolution de 4,3% par rapport à l’année dernière.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.