Sur la Wataniya 1, Wided Bouchamaoui descend en flamme la gestion du port de Radès (VIDÉO)

Publication: Mis à jour:
WIDED BOUCHAMAOUI
Facebook
Imprimer

Invitée de la chaine Wataniya 1, la présidente de l'UTICA Wided Bouchamaoui a rué dans les brancards notamment sur la question du port de Radès.

"Le gouvernement ne veut même pas parler de ce sujet. Le port de Radès connais des pertes annuelles avoisinant les 900 millions de dinars" a-t-elle regretté ajoutant que "le chef du gouvernement nous a informé de la construction du quai 8 et du quai 9, on espère que ce sera fait".

Selon elle, si le port en arrivé jusque là c'est en partie à cause de ces gestionnaires: "Si le groupe qui est en train de gérer le port de Radès continue de le gérer, ça ne sert à rien de les faire les quais 8 et 9. On aura les mêmes résultats" reproche-t-elle.

"Il n'est pas normal que des bateaux restent en rade autant de temps et aussi nombreux. La moyenne est entre 5 à 7 containers par heure alors que dans les pays avancés, ils en sont à 25 par heure" compare Wided Bouchamaoui.

Concernant ses récentes menaces de quitter le pacte de Carthage si la loi de Finances 2018 restait en l'état, la présidente du patronat affirme que c'est la situation actuelle du pays qui l'exige: "Les réformes et tout ce qui a été convenu dans l'accord de Carthage n'a pas été respecté" déplore-t-elle ajoutant que "notre crainte est que chaque année, la loi de Finances serve à chercher comment combler les dépenses".

Pour elle, les entreprises se sont sacrifiées au profit de la Tunisie pendant quelques années et il est temps aujourd'hui pour le gouvernement de mettre en place une vision stratégique: "Il n'est pas normal qu'on demande toujours aux entreprises de payer (plus de taxes) et qu'après on demande plus d'investissements et plus d'emplois".

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.