Versement des pensions aux retraités de la CNRPS: Entre craintes et promesses

Publication: Mis à jour:
Imprimer

La Caisse nationale de retraite et de prévoyance sociale (CNRPS) ne peut pas payer les pensions de ce mois de novembre. C'est ce qu'a annoncé, mardi, Abdelkrim Jrad, secrétaire général adjoint et responsable de la couverture sociale au sein de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT), dans une déclaration accordée à Express Fm.

Le syndicaliste a dressé un constat alarmant sur la situation des caisses nationales et a mis en relief les difficultés auxquelles elles font face. Il a noté "que la CNRPS n'a plus de revenus suffisants pour payer les pensions de ce mois".

Selon lui, la caisse est incapable de combler son déficit. Il a expliqué que cette dernière se trouve dans une impasse où elle est amenée à verser des sommes colossales contre une baisse des taux de cotisations mensuelles qui constituent sa seule source de revenus.

"Aucune crainte", rassure le gouvernement

Le ministre-conseiller auprès du chef du gouvernement chargé du suivi des réformes majeures, Taoufik Rajhi, a été quant à lui plus rassurant. Intervenant sur les ondes de Shems Fm, il a estimé que le constat de Jrad est exagéré. "L'État est le garant de la CNRPS" a-t-il martelé en indiquant que les pensions de la retraites seront versées comme prévu.

Rajhi a indiqué que le gouvernement est en train de faire des efforts pour couvrir ce déficit. Il a fait savoir que le déficit de cette année est estimé à 500 millions de dinars contre 1000 millions de dinars pour l'année suivante. Il a expliqué que ce creusement se traduit par l'adoption du récent mécanisme qui ne permet plus à la CNRPS de recevoir les cotisations destinées à la Caisse nationale d'assurance maladie (CNAM).

Il a, par ailleurs, affirmé que des tractations sont en cours entre les différentes parties prenantes pour la restructuration et la réforme de la CNRPS. Il a noté qu'une batterie de mesures sont en discussion avec l'organisation syndicale pour trouver de nouvelles solutions capables de combler le déficit. Il a fait savoir que ces réformes s'articulent autour de six points dont quatre ont été adoptés et les deux autres sont en négociation.

Parmi ces mesures figurent l’augmentation de l’âge de la retraite à 62 ans et de manière progressive, l'augmentation de 3% de la cotisation sociale, l'introduction d'une contribution sociale de solidarité et la régulations des cotisations en ayant recours aux négociations et non d'une manière automatique.

De son côté, Abdelkrim Jrad a annoncé, lundi à Mosaïque Fm, la création prochaine d'un haut conseil de protection sociale, visant à diversifier les ressources de financement des caisses sociales et à rembourser leurs dettes.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.