Quand des élèves s'initient à la gastronomie et cuisinent pour les adultes à l'école Robert Desnos de Tunis

Publication: Mis à jour:
Imprimer

À l'occasion de la journée des lycées français du monde initiée par l'AEFE (Agence pour l'enseignement français à l'étranger), l'école Robert Desnos a organisé ce vendredi un déjeuner "étoilé", fruit des talents conjugués de l'équipe du chef Mounir Arem et des élèves de Grande Section, CE1 et CM1.

Bien droits, les uns derrière les autres, les jeunes élèves ont accueilli et servi des invités bien particuliers à l'heure du déjeuner, parmi eux l'ambassadeur de France Olivier Poivre d'Arvor, la directrice de l'Institut français Sophie Renaud, ou encore Joëlle Feral, adjointe à la conseiller de coopération et d'action culturelle et chargée de l'enseignement en Tunisie et en Libye.

arr

Au menu, une fusion des cuisines tunisienne et française: vol-au-vent rouge garni de kamounia, mloukhia en effiloché dans une pomme de terre, un hachis parmentier revisité façon Mounir Arem, enfin un couscous "mosaïque de Carthage" signé Bilel Wechtati, champion du monde du célèbre plat.

Une initiative qui s'inscrit dans le programme culturel de l'Académie nationale de cuisine de France

Préparés pendant une semaine avant le jour J, les enfants ont participé à plusieurs ateliers avec les professionnels de l'Académie nationale de cuisine de France.

Pour le chef Mounir Arem, président de l'Académie nationale de cuisine de France, il est ainsi primordial de faire connaître aux enfants "tous les goûts, toutes les saveurs, de leur donner dès leur plus jeune âge confiance en ce qu'ils mangent et d'éveiller leur cinq sens".

aezcd

Il explique qu'à l'image de ce projet amorcé à l'école Robert Desnos, le programme culturel de l'Académie, vise à "promouvoir la gastronomie française et la fusion entre gastronomie française et tunisienne".

"Nous participons en tant qu'académie, aussi bien sur le côté culinaire que le service, tout en inculquant, la terminologie et le champ lexical adéquat au monde de la gastronomie. Ce n'est pas uniquement une activité ludique manuelle, elle est aussi ludique sur le plan du vocabulaire, etc.", ajoute Zouhair Sammoud, secrétaire général de l'Académie nationale de cuisine de France.

afvf

Le début d'un projet de sensibilisation à la gastronomie sur le long terme

Au delà de cette réunion conviviale, l'initiative s'inscrit dans le cadre d'un projet pilote développé par l'Académie nationale de cuisine de France.

"C'est tout un projet, c'est uniquement la première partie, il y aura éventuellement une deuxième partie concernant le dîner de Noël, qui va être préparé par les enfants et une autre session de chocolaterie. Les enfants adorent le chocolat mais ne savent pas comment il est fait, d'où il provient, comment on le tempère, comment faire des formes, etc. Tout cela rentre dans la culture de l'enfant, qu'il fasse la différence entre chocolat, ganache, etc.", développe Zouhair Sammoud.

vt

L'ambitieux programme prévoit également une "sensibilisation à l'environnement", avec l'idée de développer un petit jardin aromatique au sein de l'établissement.

"C'est tout un projet pilote qui dure toute l'année, au delà de la semaine du goût classiquement répandue en France" affirme-t-il précisant que l'académie participe à cette initiative à titre bénévole.

Un éveil à la connaissance, à la pratique et au partage

Ce projet est une première pour l'école, qui profite depuis quelques mois d'une nouvelle cuisine, spécialement adaptée aux enfants. Ces derniers ont ainsi pu en profiter en rencontrant, pour la première fois également, de grands chefs. Des nouveautés qui ont pu sensibiliser les jeunes élèves à l'univers de la gastronomie et du service mais pas seulement...

adc

Invité d'honneur du déjeuner, l'ambassadeur de France, Olivier Poivre d'Arvor, a en effet mis en avant la diversité des bénéfices d'une telle initiative:

"Je pense que cela est une manière assez exceptionnelle de faire partager les cultures, de construire ensemble quelque chose qui est un moment fort qui est un repas et qui les ramène aussi à leur propre espace culturel, familial… C'est une manière de faire rentrer la maison à l'école et je pense aussi que ce sera une manière de faire rentrer l'école à la maison, y compris je pense dans l'égalité homme femme, les filles et les garçons servent, font la cuisine, cela casse certains codes qui veulent que les femmes soient à la cuisine pendant que les hommes sont à la salle à manger", rapporte-t-il au HuffPost Tunisie.

Il ajoute, que par les activités qu'il propose, le projet permet d'inculquer, à un très jeune âge, "la conscience du goût, des saveurs, de l'équilibre alimentaire, de ce que représente le service, le rituel du repas, de la cuisine, le partage, de faire ensemble avec des différences de sexe, de culture, de goût et de construire comme ça une sorte de communauté".

gbg

Avant de souligner que la construction d'une communauté est, au delà des connaissances acquises, "extrêmement intéressante en terme de développement de la personnalité" pour l'enfant.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.