Bonne gouvernance en Afrique: Où se situe le Maroc?

Publication: Mis à jour:
Imprimer

RAPPORT - Avec un score de 60.1 sur 100, le Maroc arrive 12e sur 54 pays africains dans l'Indice Ibrahim de la gouvernance en Afrique (IIAG) 2017, publié le 20 novembre par la fondation Mo Ibrahim. Le royaume gagne ainsi deux places par rapport à l'année dernière et a augmenté en moyenne de 0.66 points par an depuis 10 ans.

L'IIAG, lancé en 2007 et publié chaque année par la fondation créée par le milliardaire et entrepreneur anglo-soudanais Mo Ibrahim, mesure et surveille la performance de la gouvernance dans les pays africains à travers quatre catégories clés: la sécurité et l'Etat de droit, la participation et les droits de l'Homme, l'opportunité économique durable et enfin le développement humain. Chacune de ces catégories contient des sous-catégories. Au total, l'IIAG contient 100 indicateurs.

C'est en matière d'opportunité économique durable que le Maroc obtient son meilleur score. Avec une note de 68.2 sur 100, il occupe la deuxième place du classement en Afrique, derrière l'Île Maurice, qui arrive également à la première place du classement général avec une note de 81.4 sur 100.

Le royaume est également plutôt bien classé dans la catégorie "développement humain", avec un score de 65.1 sur 100, le plaçant à la 13e place du classement. Le Maroc obtient aussi une note plutôt honorable en matière de sécurité et d'Etat de droit (62.9 sur 100), catégorie dans laquelle il arrive à la 14e position.

C'est plutôt dans la catégorie "participation et droits de l'Homme" que le bât blesse: avec un score de 44.2 sur 100, le Maroc arrive à la 33e place. Dans cette dernière catégorie, il arrive par exemple à la 36e place pour l'indicateur de liberté d'expression, et à la 48e place pour l'indicateur de participation des femmes au marché du travail.

Au classement général, au niveau du Maghreb, le Maroc fait un peu moins bien que la Tunisie, qui arrive 7e, mais mieux que l'Algérie, qui occupe la 22e place. Le royaume fait aussi partie des 18 pays du continent ayant enregistré une amélioration croissante en dix ans.

Depuis dix ans, 13 pays ont enregistré une amélioration ralentie, 10 pays une amélioration sur dix ans mais un ralentissement ces cinq dernières années, 3 pays un déclin sur dix ans mais un rebond depuis cinq ans, 1 pays une lente décroissance et 8 pays un sévère déclin. Les données pour le Soudan du Sud ne sont pas suffisantes pour établir une tendance globale sur ces dix dernières années.

"Alors que la majorité des pays (40) ont amélioré leur gouvernance globale au cours des dix dernières années, plus de la moitié d'entre eux montrent que ces progrès se sont atténués ou que les tendances positives montrent des signes d'inversion, avec une baisse ces cinq dernières années", note la fondation Mo Ibrahim.

Ainsi, un tiers des pays permettent une amélioration globale de la gouvernance en Afrique, mais beaucoup ne parviennent pas à s'appuyer sur les progrès effectués dans le passé, déplore la fondation.

LIRE AUSSI: