Le budget de développement du ministère de l'Education a enregistré un déficit de 65 millions de dinars en 2017

Publication: Mis à jour:
TUNISIA SCHOOL
Students cross their arms to demonstrate they are listening carefully to their teacher at Al Hakim El Kassar Primary School in Tunis, Tunisia, September 16, 2015. Schools have reopened, with around 2 million pupils heading back to classrooms after a three-month summer break. Nearly three years after Taliban gunmen shot Pakistani schoolgirl Malala Yousafzai, the teenage activist last week urged world leaders gathered in New York to help millions more children go to school. World Teachers' Day fal | Anis Mili / Reuters
Imprimer

“Le budget de développement du ministère de l’Education a enregistré un déficit de 65 millions de dinars en 2017 qui pourrait augmenter en 2018 en raison de l’indisponibilité des ressources de la part du ministère des Finances”, a souligné, jeudi 16 novembre, le directeur général des affaires financières au ministère de l’Education, Mounir Haddad.

Présentant le rapport du ministère de l’éducation concernant le budget de 2018, lors d’une séance d’audition du ministre de l’Education, Hatem Ben Salem, par la Commission de la jeunesse, des affaires culturelles et de l’éducation sur le budget du ministère de l’Education au titre de l’année 2018, le responsable a indiqué que ce déficit résulte de la consécration de 65 millions de dinars d’un total de 202 millions de dinars du budget de 2017, pour le remboursement des dettes relatives aux anciens budgets.

“Ainsi le budget final consacré aux nouveaux projets de 2017 n’a pas dépassé les 137 millions de dinars”, a-t-il précisé.

L’intervenant a indiqué que le ministère propose l’augmentation de 1,3% (63.574 millions de dinars) du budget de 2018 soit 4925.533 millions de dinars contre 4861.959 millions de dinars en 2017.

En 2018, le ministère comblera les postes vacants au niveau des établissements scolaires par les enseignants suppléants à raison de 11.839 instituteurs dans les écoles primaires et 1.673 enseignants dans les collèges et lycées secondaires, a-t-il ajouté.

Haddad a fait remarquer que 2.100 écoles primaires enregistrent un manque au niveau des agents de propreté et de gardiennage, dont 251 écoles n’ont aucun agent de propreté, d’où, a-t-il regretté, la prolifération des épidémies et la hausse des agressions et des actes de pillage et de saccage.

Une étude intitulée “L’abandon scolaire, les facteurs et les obstacles” avait permis de révéler le taux d’abandon scolaire inquiétant de 63% à Kasserine et 37% à Gafsa au cours de l’année 2015-2016. Selon cette étude de terrain réalisée dans ces deux zones cibles en collaboration avec la Délégation de l’Union européenne en Tunisie, on trouve parmi les causes, l’infrastructure délabrée de certains établissements, l’indisponibilité des moyens de transports, ou encore l’échec scolaire.

LIRE AUSSI
Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.