Contre l'esclavage, un sit-in prévu devant l'ambassade de Libye à Rabat

Publication: Mis à jour:
VIDEO CNN ESCLAVAGE LIBYE
Contre l'esclavage, un sit-in prévu devant l'ambassade de Libye à Rabat | Capture d'écran/CNN
Imprimer

INDIGNATION - Le trafic de migrants africains qui sévit en Libye ne laisse pas indifférents les membres de la société civile marocaine. Un sit-in d'indignation et de protestation est prévu jeudi 23 novembre devant l'ambassade de Libye à Rabat, à partir de 18h30.

Sur Facebook, le sociologue spécialiste des migrations Mehdi Alioua, aux côtés de plusieurs journalistes, écrivains et militants associatifs, a lancé une invitation pour rejoindre cette manifestation.

"En Libye des hommes sont vendus, leur vie vaut 400 dollars! En Libye des centaines de nos compatriotes sont détenus illégalement et dans des conditions inhumaines. En Libye, en 2017, l’esclavage sévit à nouveau!", écrivent les organisateurs du sit-in.

"Nous ne pouvons rester inactifs et silencieux face à la vente d’êtres humains, face à l’esclavage de migrants africains, la torture, le viol de femmes africaines", poursuivent-ils, rappelant que le Maroc a lancé, depuis 2013, une nouvelle politique d’accueil des migrants.

"Nous ne saurions être en dehors de ce combat, nous ne saurions ne pas faire entendre notre voix, une voix importante et porteuse sur le continent africain et attendue dans bien des pays d’Europe", ajoutent-ils.

Suite à la diffusion la semaine dernière d'un reportage de la chaîne américaine CNN sur un marché d'esclaves en Libye, de nombreuses personnalités se sont indignées. Le président sénégalais Macky Sall a ainsi dénoncé "fermement" ce trafic d’êtres humains qui constitue "une grave offense à la conscience de l’Humanité".

Le chanteur ivoirien Alpha Blondy a quant à lui publié un "cri du coeur" dans une vidéo adressée aux présidents de l’Union africaine et de la CEDEAO, dans laquelle il appelle tous les Africains et les personnes choquées par ces actes à se rassembler "devant toutes les ambassades libyennes jusqu'à la libération totale de tous les captifs".

LIRE AUSSI: