L'Arabie saoudite rappelle son ambassadeur à Berlin

Publication: Mis à jour:
GERMANY BIN SALMANE
Saudi Arabia's King Salman bin Abdulaziz Al Saud welcomes German Chancellor Angela Merkel during a reception ceremony in Jeddah, Saudi Arabia April 30, 2017. Bandar Algaloud/Courtesy of Saudi Royal Court/Handout via REUTERS ATTENTION EDITORS - THIS PICTURE WAS PROVIDED BY A THIRD PARTY. FOR EDITORIAL USE ONLY. | Handout . / Reuters
Imprimer

L'Arabie saoudite va rappeler son ambassadeur à Berlin pour protester contre des déclarations du ministre allemand des Affaires étrangères laissant entendre que le Premier ministre libanais démissionnaire Saad Hariri était retenu contre son gré à Ryad, a annoncé samedi l'agence officielle saoudienne SPA.

"L'Arabie saoudite a décidé de rappeler son ambassadeur en Allemagne pour consultations et va remettre une lettre à l'ambassadeur d'Allemagne auprès du royaume protestant contre ces déclarations malencontreuses et injustifiées", a indiqué la SPA en citant un porte-parole du ministère saoudien des Affaires étrangères.

Peu avant de quitter Ryad pour Paris, M. Hariri a affirmé, dans un tweet adressé au ministre allemand des Affaires étrangères Sigmar Gabriel, qu'il ne lui était pas interdit de quitter l'Arabie saoudite.

"Dire que je suis retenu en Arabie saoudite et (qu'il m'est) interdit de quitter le pays est un mensonge. Je suis en route pour l'aéroport", a-t-il écrit.

M. Hariri a quitté samedi l'Arabie saoudite pour se rendre en France deux semaines après sa démission et d'intenses spéculations sur sa liberté de mouvement.

Dans un communiqué diffusé samedi, le ministère allemand des Affaires étrangères a "expressément salué (...) le voyage de M. Hariri à Paris et son retour imminent au Liban".

Jeudi, M. Gabriel a déclaré lors d'une conférence de presse à Berlin avec son homologue libanais Gebran Bassil que "le Liban risque de retomber dans de graves confrontations politiques et peut-être militaires".

"Afin de prévenir ceci, nous avons en particulier besoin du retour du Premier ministre actuel", a-t-il souligné, en estimant que le Liban "ne doit pas devenir un jouet de (...) la Syrie, de l'Arabie saoudite ou d'autres".

"Le signal commun doit venir d'Europe que nous ne sommes plus prêts à accepter en silence cet aventurisme qui s'est propagé ici ces derniers mois", avait également déclaré M. Gabriel.

"Cet aventurisme a maintenant atteint son apogée avec cette façon de procéder (...) avec le Liban", avait ajouté le ministre.

"Ces déclarations sont hasardeuses, basées sur des informations erronées et ne servent la stabilité dans la région", a commenté le porte-parole du ministère saoudien des Affaires étrangères, cité par l'agence SPA.

"Elles ont provoqué l'étonnement de l'Arabie saoudite (...) qui considère qu'elles ne représentent pas la position du gouvernement allemand ami, qui est un partenaire sûr dans la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme et dans l'action pour établir la sécurité dans la région", a ajouté le porte-parole.

"Nous avons en raison de la situation actuelle (au Moyen-Orient) de grandes inquiétudes quant à la stabilité de la région et appelons toutes les parties à réduire les tensions", a indiqué un porte-parole du ministère, cité dans le communiqué.

"Parler de cela de façon ouverte est possible et naturel entre partenaires internationaux proches", a-t-il ajouté.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.
Loading...