Une Française raconte comment Harvey Weinstein lui a fait du chantage sexuel alors qu'elle lui vendait un film sur le harcèlement

Publication: Mis à jour:
HARVEY WEINSTEIN
REUTERS
Imprimer

HARCÈLEMENT - Le regard est franc, les mots choisis et les gestes précis. Alexandra Demonceau se tient droite comme un "i" lorsqu'elle raconte au HuffPost son altercation avec Harvey Weinstein. Elle ne veut rien omettre, se souvenir de tout. Et pour cause, son témoignage, qui implique le producteur américain, est édifiant.

Jusqu'ici, plus de cent femmes ont témoigné contre Harvey Weinstein. Quatorze d'entre elles l'accusent de viol. Deux actrices viennent de porter plainte pour agression sexuelle, en souhaitant rester anonymes. En ce qui concerne Alexandra, il s'agit plutôt d'un chantage sexuel très explicite, qui a placé la jeune femme dans une situation impossible.

Au moment des faits, le 16 juin 2011, Alexandra Demonceau a 19 ans. Elle est assistante de production du film "Couleur chair", une fiction en trois volets qui dénonce, ce qui rajoute encore à la gravité de ce comportement, le harcèlement sexuel, les agressions et les viols que subissent les jeunes femmes dans le milieu de la mode et du show-business.

La rencontre fortuite

Comment Alexandra Demonceau a-t-elle été en contact avec Harvey Weinstein? Et bien, quelques heures avant l'altercation, l'une des actrices du film, Marie, qui ne souhaite pas qu'apparaisse son nom complet, croise l'homme attablé au Café de Flore à Paris. Cette rencontre est totalement fortuite, assure-t-elle au HuffPost. Elle reconnaît le producteur et se dit que l'aubaine est trop belle.

En effet, "Couleur chair" en est encore à l'étape de la recherche de financements. Marie se dit que "c'est tout à fait le type de films que produit la Weinstein Company", puisqu'il s'agit d'un film d'auteur, indépendant et tourné en langue anglaise.

La marque de fabrique de Weinstein, c'est de prendre des films indépendants et de les rendre visibles au plus grand nombre, en leur faisant parfois remporter des Oscar ou des Golden Globes, à coup de grandes campagnes de marketing. On se souvient de "The Artist" qu'il avait pris sous son aile en 2012, avec le succès que l'on connaît.

Rendez-vous est pris au Ritz

Marie décide alors de l'accoster. Elle évoque rapidement le film. A-t-il seulement écouté de quoi il retournait? A-t-il été davantage attentif au physique de Marie qu'au film? Quoi qu'il en soit, Harvey Weinstein accepte un rendez-vous avec le réalisateur dans l'après-midi.

Il suggère que cela se passe au Ritz, place Vendôme, et que d'autres actrices du film se joignent à eux. Il donne les coordonnées de sa numéro deux à Paris, afin qu'une maquette du film leur soit envoyé, ainsi qu'un dossier de présentation.

Marie et Harvey prennent congé. Quelques secondes plus tard, Marie appelle le réalisateur, Dan Dewynn, mais il ne peut se rendre disponible pour le rendez-vous. Il s'en remet à Alexandra Demonceau. "J'ai 19 ans à l'époque, mais Dan sait que j'ai la tête sur les épaules, précise-t-elle au HuffPost. J'ai suivi la production du film depuis le début et je suis très carrée".

Ainsi, Alexandra, et deux actrices du film, Marie et Délia, se retrouvent dans le lounge du Ritz, l'après-midi du 16 juin 2011, autour d'une grande table, avec Harvey Weinstein et sa numéro deux.

Le rendez-vous professionnel

"Il nous parle d''Amélie Poulain', rapporte Alexandra Demonceau, et de l'importance de la numéro deux à ses côtés pour repérer les films européens qui auraient leur chance aux États-Unis. Dans la foulée, je lui réponds en pitchant notre film, 'Couleur chair', mais il esquive le sujet et se met à poser des questions personnelles. 'De quel pays venez-vous?', 'comment êtes-vous arrivée dans le monde du cinéma', etc. On est là pour présenter un film, pas pour parler de nous, encore moins sous cet angle. Pour nous, cet homme, c'est le sésame pour les États-Unis et le monde entier. On est un peu déçues de la tournure que prend le rendez-vous."

A-t-il compris le sujet du film qu'Alexandra venait de lui pitcher? Si l'on se fie à son comportement ultérieur, il faut croire que non.

D'un coup, Harvey Weinstein se lève et se dirige vers l'une des deux actrices, qui s'appelle Délia. Cette dernière raconte la scène au HuffPost: "Il s'est approché de moi, j'avais un décolleté. Il a planté ses yeux dedans sans honte. Je ne savais plus quoi faire. Alors, je l'ai regardé droit dans les yeux. Et il est parti se rasseoir."

La question des mathématiques

Le malaise s'installe. La collaboratrice de Weinstein est agacée. Les deux actrices et l'assistante de production ne savent plus sur quel pied danser. Mais cela n'empêche pas le producteur de poser d'autres questions sur la vie privée des trois jeunes femmes. Alexandra Demonceau, 19 ans, qui refusait d'y répondre jusque-là, finit par lâcher qu'elle vient de finir un cursus de mathématiques.

"Là, son regard devient plus insistant, se souvient-elle, il se tourne ostensiblement vers moi et ne s'adresse plus qu'à moi". Les mathématiques sont-elles à ce point excitantes? Admettons que c'est surprenant.

La numéro deux de Weinstein à Paris coupe court au rendez-vous et sort du Ritz. Tout le monde se lève, Harvey Weinstein se rapproche d'Alexandra Demonceau et lui dit qu'il veut la voir seule. Les deux actrices se dirigent vers le hall de l'hôtel de luxe pour s'en aller. Harvey et Alexandra se retrouvent tous les deux, seuls.

Le chantage sexuel

"Il m'attrape les deux mains, raconte-t-elle, il les colle contre sa poitrine en serrant fort, je n'ai aucun moyen de les retirer". Harvey Weinstein lui tient ce discours, dans l'ordre et sans interruption, qu'Alexandra nous restitue ci-dessous.

"Tu es très jolie, pourquoi tu ne viendrais pas travailler avec moi dans ma société de production à New York? Et pour le film que tu es venue me présenter, je dirai à ma numéro deux d'organiser une projection. Sinon, ce soir j'ai un dîner mais il faut que tu me rejoignes dans ma suite, qu'on passe une partie de la nuit tous les deux pour coucher ensemble'."

Alexandra est abasourdie: "Il est plus grand que moi, massif, et dans cette position, avec mes mains collées à sa poitrine, c'est très inconfortable. Mes bras sont plus hauts que ma tête. Il me domine et il me tient fort. Il prend une voix de séducteur, comme dans une sérénade. Il n'est pas du tout agressif, mais je suis en déséquilibre et il serre tellement fort que je trouve cela très spécial."

La proposition de Weinstein est on ne peut plus claire. Leur film a une chance si Alexandra le rejoint dans la chambre d'hôtel.

La responsabilité

"Je me hâte de trouver une réponse intelligente parce que j'ai peur pour le film. Peur qu'il passe à la trappe si je ne cède pas à son chantage. Si je dis non, il va mettre le film à la poubelle. Si je dis oui, je sais qu'une fois dans sa chambre d'hôtel, je n'aurais jamais pu lui échapper. Je perçois en lui une énergie violente qui ne laisse aucune place au refus."

Derrière ce film, plusieurs personnes espèrent une issue positive à ce rendez-vous. Auteurs, réalisateurs, acteurs, producteurs, tous sont au courant qu'Alexandra, Délia et Marie allaient rencontrer le grand manitou. Et voilà qu'il fait peser l'avenir du film sur les épaules d'une jeune fille de 19 ans.

"Comme je ne réponds rien, continue Alexandra Demonceau, il me demande si j'ai un petit copain. Je me dis qu'il va se vexer si je lui dis oui, or je ne veux pas qu'il se vexe, et décide d'abandonner le film. Mais un 'oui' finit par sortir de ma bouche. Il me demande si c'est sérieux ou si je me permets des écarts avec d'autres hommes. Je réponds que je suis très amoureuse."

"La meilleure chance de ta vie"

"Alors, il lâche brutalement mes mains et me dit: 'Quel dommage, tu viens de rater la meilleure chance de ta vie'. Il quitte l'hôtel aussitôt."

Alexandra rejoint alors les deux actrices, qui racontent la suite: "Elle était décomposée, se souviennent Délia et Marie. On était à une vingtaine de mètres de la scène et on voyait que quelque chose d'étrange se tramait. On a vu les mains d'Alexandra dans les siennes et sur sa poitrine. On a un peu flippé. Quand Alexandra nous a raconté le dialogue, on lui a fait jurer qu'elle n'avait pas accepté."

L'assistante de production retrouve le réalisateur le lendemain et lui fait part de ce qu'il s'est passé. Dan Dewynn est choqué. "J'ai cru que c'était une blague, témoigne-t-il au HuffPost. On avait fait passer une maquette du film et une présentation à l'équipe de Weinstein, Alexandra lui a pitché le projet en face à face au Ritz, il savait que le film parlait de harcèlement sexuel, comment a-t-il pu agir de la sorte? J'ai évidemment dit à Alexandra qu'elle n'était pour rien dans cette affaire et qu'avec un type pareil, le film n'aurait eu aucune chance de l'intéresser."

Le fait est que l'équipe appelle la numéro deux de Weinstein à Paris quelques jours plus tard pour savoir si la Weinstein Company a pu visionner la maquette. "Elle nous répond très sèchement et nous fait comprendre qu'elle ne la regardera pas", poursuit Dan Dewynn.

Puis le temps passe. Au sein de l'équipe française, on ne s'attarde pas trop sur cette histoire. Mais quand sort l'affaire Weinstein au milieu du mois d'octobre 2017, Alexandra confie cet épisode à l'actrice Asia Argento, qui l'encourage à parler aux journalistes. Asia Argento est l'une des premières femmes à avoir accusé publiquement Harvey Weinstein de viol. Depuis, l'actrice et réalisatrice italienne s'est muée en porte-parole militante. Elle compile minutieusement les témoignages trouvés dans la presse et ceux qui sont parvenus jusqu'à elle.

Le soutien d'Asia Argento

Asia Argento donne tout crédit au récit de l'assistante de production. Elle déclare au HuffPost:

"Ce que raconte Alexandra est en tous points similaire aux témoignages entendus jusque-là. Je l'ai encouragée à parler à la presse parce que, sans le vouloir au départ, son film traite du modus operandi de HW. J'en ai d'ailleurs parlé moi-même en 2000 dans 'Scarlet Diva', tourné quelques mois après mon traumatisme. Je me sens particulièrement proche d'Alexandra parce que nous avons chacune transformé notre peine en une arme, grâce à nos films. C'est la leçon qu'il faut retenir: nous avons créé de l'or à partir des plus terribles blessures."

Le HuffPost a contacté les avocats de Harvey Weinstein afin de connaître son point de vue sur cette affaire de chantage. Ils nous ont fait cette réponse:

"M. Weinstein considère qu'il n'y a jamais eu de représailles contre une femme qui aurait refusé ses avances."

Le HuffPost a également cherché à joindre la numéro deux de Weinstein à Paris. Nous lui avons envoyé une demande d'interview par email, qui est restée sans réponse.

Aujourd'hui, Alexandra Demonceau est devenue directrice de production du film "'Couleur chair". Elle est plus convaincue que jamais de l'importance de lui trouver un distributeur.

Voici quelques extraits de la trilogie ci-dessous.

LIRE AUSSI: