Azza et Zaher, les deux Tunisiens candidats de l'émission "Nouvelle Star" qui font sensation (INTERVIEWS)

Publication: Mis à jour:
JKSDJDSJ
Nouvelle Star/Collage
Imprimer

L'émission "Nouvelle Star" 2017 a fait son retour, pour une 13e saison, le 1er novembre sur la chaine française M6. Parmi les candidats en lice au cours des premiers primes, on retrouve Azza et Zaher, deux talents tunisiens qui ont épaté le jury.

Un jury composé de Béatrice Martin, alias “Coeur de Pirate”, Nathalie Noennec, directrice artistique image et agent artistique d'une carrière de 30 ans, Benjamin Biolay, auteur-compositeur-réalisateur-producteur de renom et Dany Synthé, producteur, réalisateur et compositeur prodige.

À noter que Azza et Zaher font partie des 300 candidats en lice pour être la "Nouvelle Star", retenus parmi 17.000 candidatures lors du pré-casting.

Je monopolisais l'heure de la sieste pour faire des mini-concerts

Azza Kamaria, la "Nouvelle Star" tunisienne qui a fait pleurer Coeur de Pirate (en même temps, elle a les larmes faciles), lors de la deuxième soirée d'auditions, où elle a interprété la chanson de Françoise Hardy, "Mon amie la rose", avec un timbre oriental qui rappelle un peu la version de Natasha Atlas. La jeune candidate obtient un "Star Pass": un aller simple à la finale, et sera donc parmi les 15 finalistes.

Azza vient de Marseille, et y a toujours vécu en raison du travail de son père. Mais c'est à Tunis qu'elle a vu le jour, en 1993.

"J'ai toujours adoré chanter, ça coule un peu dans mes veines", s'exprime-t-elle au HuffPost Tunisie, "L'été à Tunis, je monopolisais l'heure de la sieste pour faire des mini-concerts".

Une passion qui l'a toujours accompagnée et, encouragée par ses proches, Azza décide de se lancer dans l'aventure "Nouvelle Star".

"En août 2010, j'avais 16 ans et je travaillais sans cesse pour atteindre la high note de la chanson 'Defying Gravity' d'Indina Menzel dans la comédie musicale Wicked. Depuis des semaines, j'étais plantée devant mon ordinateur avec un karaoké Youtube. Un jour, mon père m'a appelée pour m'annoncer que ma mère venait de donner naissance à ma petite sœur. J'étais folle de joie et j'ai atteint la note de la chanson", se rappelle-t-elle, "C'est ce jour-là que j'ai compris que ma famille sera toujours ma plus grande force. C'est aussi la raison pour laquelle je voulais passer mon audition à Marseille".

Des rêves, Azza en a par milliers, et plus tard, elle s'imagine "entourée de ma famille et de mes amis, continuant à faire de la musique, m'inspirant de ce qu'il y a de beau et de moins beau dans la vie pour écrire des chansons et les partager à qui voudra les écouter", conclut-elle.

"Je ne sais pas faire autre chose, autre que de chanter et de partager mon émotion" - Zaher Ben Adballah

"Quelle maîtrise!", s'est exclamée Nathalie Noennec.
Zaher Ben Abdallah lui a 27 ans, et est originaire de Hammamet. En 2016, Il part s'installer en France grâce à une carte de séjour artiste.

En effet, Zaher a un assez long parcours derrière lui, autant en solo qu'au sein de groupes de musique, comme "Zed", qu'il a lui-même formé à 16 ans, "Deadmoon", groupe de Metal, ou encore le groupe de Blues "Road 66". Zaher collabore également avec le groupe Myrath sur la scène du Festival International de Hammamet.

Et ce n'est pas la première fois que Zaher participe à un concours tel que "Nouvelle Star". En 2013, il a fait partie des candidats de "The Voice" au Liban, "je n'ai pas gagné la compétition mais j'ai beaucoup appris", dit-il.

Il est aujourd'hui candidat de l'émission "Nouvelle Star" où il vient d'obtenir quatre "Oui" de la part des membres du jury, pour passer à l'étape suivante.

Né dans une famille d'artistes, le jeune Zaher est le neveu de Ridha, auteur de la fameuse chanson "Diki Diki" et aussi frère du bassiste du groupe Zanzana, grâce à qui il a développé sa passion pour la musique, "Mon père aussi était un musicien hors norme qui m'a beaucoup appris", raconte Zaher au HuffPost Tunisie, "mais il n'a jamais cherché à démarrer une carrière. Je ne veux pas regretter un jour de ne pas avoir foncé".

"Je ne me vois pas faire autre chose parce que je ne sais pas faire autre chose, autre que de chanter et de partager mon émotion", s'exprime-t-il.

C'est pourquoi le jeune artiste vit pour sa musique, influencée par de grands artistes tels Chris Cornell, Robert Plant ou encore Frank Sinatra.

"J'espère aller le plus loin possible et montrer de quoi la Tunisie est capable. Aussi faire un clin d'œil aux autorités compétentes pour qu'elles pensent à encourager les artistes locaux et ne pas les laisser partir, ou plutôt les pousser à partir, comme c'est mon cas".

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.