Aïn Sebaâ K-YBD3: Une deuxième édition pour ce rendez-vous culturel et artistique

Publication: Mis à jour:
LUZINE
DR
Imprimer

CULTURE - Une activité artistique et culturelle intense s’apprête à habiter les lieux de Aïn Sebaâ. La Fondation Touria et Abdelaziz Tazi revient avec une deuxième édition de “Aïn Sebaâ K-YBD3” qui s’étalera sur quatre week-ends du 25 novembre au 17 décembre 2017 à l’espace culturel de L’Uzine. Du cirque, de la musique, de la danse et des expositions sont prévus dans le but de séduire les habitués de l’espace mais surtout d’attirer un nouveau public vers cette périphérie de Casablanca.

Mettre en avant Aïn Sebaâ est la première préoccupation de L’Uzine, implantée depuis trois ans dans ce quartier, qui espère grâce à ce rendez-vous annuel effacer les 7 kilomètres qui la séparent du centre ville. “Beaucoup de gens me disent que je ne travaille pas à Casablanca mais à Aïn Sebaâ", plaisante Maria Daïf, directrice de la Fondation Touria et Abdelaziz Tazi, en expliquant que cet intérêt particulier pour le quartier était une évidence.

Avec ses usines, ses entreprises, et ses grands carrefours, Aïn Sebaâ s’est vite créé une réputation de quartier industriel. “Cette image lui porte un peu préjudice, se désole Daïf. “On oublie qu’il y a près de 100.000 habitants qui vivent dans ce quartier et se sentent un peu exclus puisqu’aucun regard n’est porté sur eux”, souligne-t-elle.

Rétrospective

Ce n’est donc pas la demande qui manque. Par ailleurs, la première édition de Aïn Sebaâ K-YBD3 avait connu un franc succès en réunissant plus de 1.500 visiteurs venus découvrir la cinquantaine d’artistes de douze disciplines différentes.

“Il pleuvait des cordes, c’était en plein mois de novembre et on démarrait le mois avec le vernissage d’une exposition”, raconte Daïf. “On ne s’attendait pas du tout à recevoir autant de personnes qui ont habité les six étages de l’Uzine”, ajoute-t-elle.

el mehdi doumaoui

Une forte affluence que la fondation espère renouveler cette année en présentant aux visiteurs de jeunes artistes marocains qui ont déjà fait leurs preuves, mais aussi en leur faisant découvrir de nouveaux visages de la scène artistique marocaine soutenus par la fondation. Ainsi, des projets nés à l’Uzine seront présentés pendant ces quatre week-ends comme la maquette du quartier Ain Sebaâ d’El Mehdi Doumaoui qui reprend cinq lieux iconiques de la ville blanche notamment la fameuse “Limouna”, le Marché Vert, ou encore le Lycée Ibn Al Ouam.

Le public pourra également découvrir pour la première fois deux autres expositions photographiques inédites du 25 novembre au 10 janvier. “Une vie au Zoo” qui raconte en image l’histoire insolite du photographe Zakaria Latouri, et de ses deux cousins qui avaient pour amis Coco et Nicolas, le couple d’ours bruns, Rocky et Rosa et leur fils Atlas, les lions d’Afrique, Mimoun, le mandrill, Loubna, la femelle lama, et d’autres animaux de l’ancien zoo de Aïn Sebâa. Le père de la famille était gardien au zoo et sa famille vivait donc à l’intérieur du parc. Latouri a accompagné ses photos récentes d’images d’archives pour partager avec le public cette enfance hors du commun qui s’est terminée avec les travaux de réaménagement du zoo les obligeant à déménager.

zakaria latouri

Toujours en images, le photographe natif de Aïn Sebaâ, Hamza Nuino, a voulu faire revivre l’histoire de son quartier à travers une série de portraits minimalistes d’hommes et de femmes tenant un objet qu’ils ont eux-même choisis pour montrer leur relation avec leur environnement, comme le “berrad” marocain sur la photo ci-dessous.

hamza nuino

“Quand on parle d’histoire, c’est aussi celle que l’on veut construire avec le quartier”, explique la directrice. “Si l’on a donc un peu de mal à retrouver les traces du passé, nous pouvons fabriquer ensemble celle de l’avenir”, espère-t-elle.

Du cirque, de la danse contemporaine, du graffiti, du cinéma, et du théâtre sont également de la partie, avec la Compagnie Colokolo, la danseuse et chorégraphe Meryem Jazouli, ou encore les street-artistes Ed Oner et Basec.

La musique est aussi invitée à l’événement avec le groupe de punk-rock déjanté Betweenatna qui jouera pour la première fois à l’Uzine, le multi-instrumentiste Taxi Kébir qui mêle musique traditionnelle et électronique dans ses compositions, et enfin le chanteur rock Yahya Zitan clôturera ce festival de création.

VOIR AUSSI:

LIRE AUSSI: