Saad Hariri: Le Premier ministre démissionnaire du Liban attendu en France "dans les jours prochains"

Publication: Mis à jour:
Imprimer

LIBAN - Saad Hariri devrait arriver en France "dans les prochains jours" avec sa famille. Emmanuel Macron a "invité" le Premier ministre démissionnaire du Liban et sa famille, actuellement en Arabie saoudite, à venir "avec sa famille" en France, a annoncé le président français dans un communiqué, juste avant que l'Élysée annonce la venue imminente du dirigeant.

Ce n'est "pas du tout" un exil, a assuré Emmanuel Macron à des journalistes. "Je me suis entretenu avec Mohammed ben Salmane et Saad Hariri et nous sommes convenus que je l'invitais pour quelques jours en France avec sa famille", a dit le chef de l'Etat devant quelques journalistes, au cours d'une visite du pavillon français de la Conférence des Nations unies sur le Climat. L'Elysée a annoncé mercredi que Saad Hariri devait arriver en France "dans les prochains jours".

Le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian, doit également s'entretenir jeudi à Ryad avec le prince héritier d'Arabie saoudite Mohammed ben Salmane, puis jeudi avec Hariri. "Comme il y a la question de savoir à quel moment Hariri compte quitter le territoire saoudien" pour retourner au Liban, l'horaire de la rencontre "est susceptible d'ajustement", a-t-on précisé.

Saad Hariri n'est pas rentré au Liban depuis sa démission choc le 4 novembre depuis Ryad. Michel Aoun, le président libanais, a estimé dimanche que la liberté de son Premier ministre était "restreinte". Mardi, Saad Hariri a affirmé dans une interview dimanche qu'il était "libre", "allait très bien" et assuré qu'il allait "revenir si Dieu veut à mon cher Liban".

D'autre part, l'Elysée a annoncé qu'Emmanuel Macron "souhaite" que Saad Hariri puisse "confirmer" depuis le Liban "sa volonté de démissionner, si tel est son choix". "La France tient à l'indépendance, à l'autonomie" du Liban. "Le président de la République souhaite que le Premier ministre puisse réaffirmer, confirmer au Liban sa volonté de démissionner si tel est son choix", a déclaré Christophe Castaner lors du compte-rendu du Conseil des ministres.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.