Des gourbis pour abri, la misère et le froid: À Aïn Draham, rien n'a changé malgré les promesses

Publication: Mis à jour:
C
vidéo Klem Ennes-Youtube
Imprimer

L'hiver denier, une vague de froid glaciale paralysait des régions de la Tunisie. Des Tunisiens, dans des conditions de vie précaires n'ont pas pu y faire face. C'est alors que les médias avaient rapporté le décès de Rania, 9 ans, à cause du froid. Aussitôt, sur les réseaux sociaux des réquisitoires contre l'injustice et la marginalisation de ces Tunisiens ont été partagés. À l'indignation a succédé une vaste campagne de collecte pour venir en aide à ces populations.

Un an après, un reportage de l'émission Klem Ennes sur El Hiwar Ettounssi revient où tout à commencé, chez la famille de Rania. Là-bas, les mêmes routes périlleuses, le même froid, la même misère. Des gourbis en guise d'habitation jonchent le paysage. Rien n'a changé aussi chez les parents de Rania, hormis, une chambre en béton construite par la Fédération Tunisienne de Football qui sert de refuge inestimable à la famille. La douleur de la mère de Rania est aussi intacte. Quant au père, il compte les multiples promesses pour améliorer leur situation non encore tenues. La famille est passée aux oubliettes une fois l’émotion autour de la mort de leur fille évaporée.

Pas loin, le reporter va à la rencontre d'une vieille dame. Seule, elle partage avec ses animaux la même hutte. Des gouttes d'eau s'échappent, rappelant la fragilité d'un tel abri. La dame, cloîtrée dans son lit, dit être malade et incapable de se faire soigner, faute de moyens.

Comment ces familles vont-elles affronter les vagues de froid qui s'annoncent? Faut-il assister à un autre drame, comme celui de Rania, pour agir?

Fin octobre, le chef du gouvernement a tenu un conseil ministériel restreint consacré à l'examen des préparatifs engagés par les différents ministères et autres structures intervenantes en prévision de la saison hivernale et de la vague de froid.

Le conseil a souligné la nécessité de s'assurer -sur le plan humain et matériel- à pallier à toutes les lacunes en termes de coordination et de vigilance dans le but d'anticiper les interventions, de se prémunir des inondations et de préserver les vies humaines, a indiqué le conseil dans un communiqué.

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.