En grève de la faim, Hadda Hazem a eu de premiers soucis de santé

Publication: Mis à jour:
23559897_1839152309448183_5063399783372971401_N
Facebook/hadda.hazem
Imprimer

La directrice de publication du journal El-Fadjr, Hadda Hazem, qui entame son quatrième jour de grève de la faim pour protester contre un "étranglement financier" de son journal, a dû se déplacer ce matin à l'hôpital suite à des complications.

Hadda Hazem a eu des difficultés respiratoires et commence à s’affaiblir, a indiqué à Maghreb Emergent Montassir Oubetroune, chercheur en histoire et ami de la directrice rencontré sur les lieux de la grève de la faim, à la maison de la Presse Tahar Djaout
au 1er Mai, à Alger.

Selon ce que nous avons pu constater sur place, certains se montrent inquiets pour la santé de Hadda Hazem tandis que d’autres affirment qu’ils pensent se joindre à cette "grève de la dignité".

Beaucoup de gens se sont déplacés au siège du journal pour témoigner leur solidarité à sa directrice. Parmi eux, il y avait des confères journalistes, des citoyens mais aussi des responsables de partis politiques, à l’instar du président du parti Jil Jadid, Djilali Sofiane. Un représentant de Talai El-Horriat a exprimé à Hadda Hazem, au téléphone, la solidarité de ce parti présidé par l’ancien chef du gouvernement Ali Benflis.

La directrice d’El-Fadjr, pour rappel, a entamé une grève de la faim le 13 novembre dernier, malgré les mises en garde de son médecin, affirmant sa détermination à la poursuivre jusqu’à avoir gain de cause.

Son action se veut une protestation contre "la hogra" que subit, selon elle, le journal, privé de "publicité institutionnelle", celle des sociétés et organismes publics, en représailles contre ses prises de positions critiques envers le pouvoir en place.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.

Sur le web