Un "Caïd" de la pègre parisienne arrêté à l'est de l'Algérie

Publication: Mis à jour:
MANACLE
A man in black tactical uniforms holds handcuffs. | Evgen_Prozhyrko via Getty Images
Imprimer

Un "caïd" de la pègre parisienne, recherché pour une triple tentative de meurtre en France, a été arrêté début novembre par les autorités algériennes à la frontière tunisienne, rapportait mercredi 15 novembre 2016 le quotidien français Le Point.

Ce membre de la pègre parisienne, de son vrai nom Imad Mohieddine et surnommé "Jo l'Indien" ou "Tonton", est un proche des frères Hornec, "figures du grand banditisme français" et "parrains de la pègre" dans la capitale française.

Recherché selon Le Point pour une triple tentative de meurtre à Paris, il a été arrêté début novembre à la frontière algéro-tunisienne, de retour de son pays natal, la Tunisie. Les autorités algériennes lui ont signifié qu'il faisait l'objet d'un mandat d'arrêt international délivré par un juge d'instruction parisien, le plaçant en détention à El-Kala.

Imad Mohieddine, père de famille de 55 ans, a été condamné à plusieurs reprises par le passé, pour des faits d'extorsion principalement, fait savoir la même source. Il est surtout est soupçonné d'être l'auteur d'une triple tentative de meurtre, commise le 12 janvier 2014, dans un café à l'enseigne "Chez Fred", implantée rue de Ponthieu dans le 8e arrondissement parisien.

Le Point rapporte que deux hommes et une femme avaient été grièvement blessés par balle et le nom d'Imed Mohieddine "était rapidement revenu aux oreilles des enquêteurs". De nationalité algéro-tunisienne, ce "lieutenant" des frères Hornec s'est rapidement mis en cavale après ces événements.

La même source précise que "Jo l'Indien" sera défendu par l'avocat Karim Achoui, qui avait été mis en examen le 22 septembre pour exercice illégal de la profession avant d'être interdit d'exercer en France. Cet avocat est aussi connu pour avoir défendu des figures du grand banditisme.

"Au regard de sa double nationalité algéro-tunisienne, il pourrait être jugé en Algérie pour cette triple tentative d'homicide. Si tel est le cas, il risque de ne pas revenir tout de suite en France...", a précisé "une source proche du dossier" aux journalistes du Point.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.