Yassine Brahim se dit prêt à contrer Nidaa et Ennahdha dans leur course à la majorité parlementaire

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Dans une vidéo postée sur sa page Facebook, le président du parti Afek Tounes, Yassine Brahim, s'est exprimé sur son intention de contrer la course qu'entreprennent Nidaa Tounes et Ennadha pour une majorité parlementaire absolue, affirmant qu'Afek Tounes pourrait être une solution dans cette scène politique "ambiguë".

Brahim a affirmé que cette stratégie, notamment à travers le soutien d'Ennahdha au candidat de Nidaa Tounes aux élections législatives partielles de la circonscription Allemande, constitue un réel danger et pourrait mener, dit-il, à la domination d'un parti unique à "orientation islamiste".

"Nous nous considérons comme héritiers de Bourguiba, nous oeuvrons pour la réforme de la Tunisie et nous sommes contre le mélange de la religion à la politique. Nous sommes les rivaux du mouvement Ennahdha, et ce depuis la création de notre parti en 2011" a-t-il déclaré.

Il estime également qu'un combat a été mené par les représentants du parti Afek au parlement pour "contrer les ambitions d'Ennahdha" dans l'intégration de la religion dans la constitution. "Ils ont fini par abandonner ce combat non pas parce que leurs convictions avaient changé, mais à cause de l'échec du gouvernement de la Troïka" a-t-il ajouté.

"En tant que parti fidèle à ses principes, nous avons essayé d'inciter les partis progressistes appartenant à la famille civile moderniste, à faire de même, y compris Nidaa Tounes. Mais nous avons été déçus de voir certains nouveaux dirigeants de ce parti s'écarter des principes qui les définissent" déplore-t-il.

Tout comme Neji Jalloul, Yassine Brahim dénonce un flou régnant sur la scène politique, qui ne fait qu'éloigner le citoyen tunisien de la politique.

Dans une déclaration récente, le président du parti Afek Tounes avait estimé que le consensus entre Nidaa Tounes et Ennahdha n'est qu'une illusion, ajoutant que cette expérience politique a "lourdement échoué" et ne peut plus faire l'objet de confiance en arguant que les idéologies des deux rivaux convergent.

Composé des blocs parlementaires d' El Watan, de Machrou Tounes, d'Afek Tounes et d'autres députés indépendants, un front parlementaire s'apprête à se lancer. Ayant pour but principal de faire le contrepoids de l'alliance Ennahdha et Nidaa, ce nouveau bloc envisage l’unification des positions et des visions des députés et blocs démocratiques et du centre en vue d’élaborer les lois sur les grandes réformes.

Lire aussi
Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.