Vol Alger-Genève d'Air Algérie: "l'appareil était nez à nez avec la mer", les passagers ont eu une grosse frayeur

Publication: Mis à jour:
AIR ALGERIE
An 737 800 Boeing plane of the Air Algerie company takes off, on October 11, 2014 at the Lille-Lesquin airport, northern France. AFP PHOTO / PHILIPPE HUGUEN (Photo credit should read PHILIPPE HUGUEN/AFP/Getty Images) | PHILIPPE HUGUEN via Getty Images
Imprimer

Les passagers du vol Alger-Genève ont vraiment cru que leur avion allait se cracher vendredi dernier. Un Boeing 737-600, affrété par la compagnie aérienne Air Algérie, obligé de faire demi-tour, a piqué lors de son atterrissage avant de se redresser et de rentrer à Alger à basse altitude.

Selon le site d'information suisse 20 Minutes, qui relate le témoignage d'une passagère, une panne technique du système de pressurisation est survenue et l'avion, affrété par Air Algérie, a du faire demi-tour trente minutes après le décollage.

Une passagère, Amira, décrit dans un témoignage à la même source un "moment terrifiant" durant ce vol de 13h45. 10 minutes après avoir fait demi-tour vers Alger, "les masques à oxygène tombent et l'alarme se déclenche", raconte-t-elle. L'appareil a piqué. Nous sommes arrivés nez à nez avec la mer puis le pilote a pu redresser" pour retourner à l'aéroport Houari-Boumediene à basse altitude.

Air Algérie a ensuite affrété un nouveau appareil du même modèle pour arriver à Genève à 20H. Interrogé par le même site, le représentant général de la compagnie pour la Suisse, l'Autriche et la Hongrie, Abdennour Hasbellaoui a expliqué q'une "panne technique du système de pressurisation est survenue" sur le chemin du retour.

Le pilote de cet appareil a fait une manoeuvre "recommandée dans toutes les procédures. A aucun moment les passagers n’ont été mis en danger", a-t-il affirmé. Quant à l'alarme déclenchée et les masques tombés, le même responsable a expliqué qu'il s'agissait d'une mesure de précaution destinée à "parer à toute suffocation d’individus à la santé fragile".

M. Hasbellaoui a aussi relativisé la frayeur de Amira, qui a affirmé que l'appareil était arrivé nez-à-nez avec l'appareil. "Quant à l’impression de voler au niveau de la mer, certes compréhensible, elle est tout à fait relative: l’avion a été stabilisé à 3000 m", explique-t-il.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.