La révision de la loi sur les hydrocarbures concernera "presque toute la fiscalité pétrolière"

Publication: Mis à jour:
SONATRACH
Ramzi Boudina / Reuters
Imprimer

Les responsables de la Sonatrach lâchent par bribes le contenu de la révision de la loi sur les hydrocarbures. Depuis Washington où se tient le forum économique sur la coopération américano-méditerranéenne, le conseiller du P-dg de Sonatrach, Mahieddine Taleb a évoqué les efforts déployés par la compagnie nationale des hydrocarbures pour garantir une meilleure visibilité aux investisseurs étrangers.

En marge de cette rencontre de trois jours organisée par le Think Tank américain Center for Transatlantic relations, placée cette année sous le signe du renforcement de la coopération sécuritaire et énergétique, M.Taleb expliquera à l'APS qu'en sus de la taxe sur les profits exceptionnels, "c’est presque toute la fiscalité pétrolière qui est à revoir".

Les modifications qui vont être apportées au cadre légal de la loi devraient "faciliter la prise de décision d’investissement" aux compagnies pétrolières en leur permettant d’avoir une visibilité pour asseoir des investissements à long terme, a-t-il expliqué.

"Notre slogan est ‘leading the change’ (opérer un changement) dans la gestion interne du groupe" qui concernera essentiellement sa façon de travailler et de commercialiser ses produits, a ajouté M. Taleb.

C’est dans ce contexte que s’inscrit la démarche du groupe de revoir le fonctionnement de sa filiale de commercialisation de gaz naturel à Londres, a souligné le conseiller du PDG.

Sonatrach s’oriente vers une nouvelle stratégie de commercialisation à mesure que la dynamique du marché gazier européen change, et cherche actuellement des joint-ventures pour sa filiale à Londres afin de trouver de nouveaux débouchés à son gaz.

"Une des façons de travailler est de s’associer à d’autres compagnies" en partageant les risques du marché, a encore déclaré M. Taleb

Sonatrach qui compte investir 78 milliards de dollars dans les cinq prochaines années pour développer des projets pétroliers et gaziers a besoin de partenaires internationaux pour mener cet ambitieux plan qui sera axé sur l’exploration, la production, le raffinage et la pétrochimie.

"Nous sommes en train de déployer des efforts pour améliorer notre attractivité", a-t-il indiqué en annonçant aux potentiels partenaires de la Sonatrach la révision de la loi sur les hydrocarbures devrait intervenir au premier semestre 2018.

L’objectif étant d’améliorer le cadre légal et fiscal de cette loi pour attirer les investissements étrangers, a-t-il enchaîné. En somme, le groupe qui "fait face à une rude concurrence" à l’international, est "appelé à changer sa façon de travailler", a-t-il dit en substance. Il est aussi question d’évaluer ce qui se fait ailleurs dans le monde dans ce domaine.

M. Taleb, qui a exposé l’énorme potentiel d’investissement dans le secteur énergétique algérien, est revenu au cours de son intervention sur les dernières mesures du gouvernement pour diversifier l’économie et impulser une croissance à long terme.

Et de rappeler au passage la révision du code de l’investissement et la règlementation régissant l’investissement étranger en Algérie qui offre au partenaire étranger la possibilité d’assurer le management des entreprises mixtes créées dans le cadre de ces partenariats.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.
Loading...