Russie: la loi de riposte sur les médias étrangers votée mercredi

Publication: Mis à jour:
RUSSIA TODAY
NurPhoto via Getty Images
Imprimer

Les députés russes doivent voter mercredi une loi permettant à tout média international opérant en Russie d'être désigné comme "agent de l'étranger", riposte à l'enregistrement sous cette désignation de sa chaîne RT aux Etats-Unis, a indiqué mardi un responsable parlementaire.

"Le texte de loi ne comporte aucune liste (de médias visés, ndlr), il donne la possibilité au pouvoir exécutif de considérer comme agents de l'étranger les médias qui reçoivent des financements de l'étranger", a expliqué le vice-président de la Douma, la chambre basse du Parlement russe, Piotr Tolstoï, sur la chaîne publique Rossia-24.

Formellement, les députés amenderont une loi datant de 2012, qui ne concerne jusqu'à présent que les ONG, pour qu'elle puisse s'appliquer aux médias. La décision de déterminer quels médias, américains ou d'autres pays, devront s'enregistrer en tant qu'"agent de l'étranger" revenant au ministère russe de la Justice.

Ces amendements seront adoptés en deuxième et troisième lecture mercredi, selon M. Tolstoï. Ils seront alors envoyés au Conseil de la Fédération, la chambre haute du Parlement, pour être validés, ce qui relève généralement de la formalité. Enfin, Vladimir Poutine devra les promulguer.

Des parlementaires ont estimé que la nouvelle loi pourrait s'appliquer à Voice of America et Radio Free Europe/Radio Liberty, deux radios financées par le Congrès américain, voire aux chaînes américaine CNN ou allemande Deutsche Welle.

La loi de 2012 sur les "agents de l'étranger" oblige les organisations non gouvernementales bénéficiant d'un financement de l'étranger et ayant une "activité politique" - une formule aux contours flous - à s'enregistrer sous cette dénomination controversée, qui rappelle celle utilisée sous l'URSS pour qualifier les dissidents.

Une autre loi, votée en 2015 et qui complète la première, permet de qualifier d'"indésirables" des organisations étrangères actives en Russie. Elles peuvent ensuite être interdites, qu'il s'agisse d'ONG, de fondations ou d'entreprises.

Plusieurs ONG ont dû renoncer, depuis l'adoption de ces deux lois en Russie, à un financement étranger qui leur était indispensable, tandis que d'autres ont cessé leurs activités.

La chaîne de télévision RT, contrôlée par l'Etat russe, a annoncé lundi s'être pliée aux exigences des autorités américaines en se soumettant à la loi dite FARA (Foreign agents registration act), qui oblige toute société représentant un pays ou une organisation étrangère à rendre régulièrement des comptes aux autorités américaines concernant ses relations avec cet Etat ou cette institution sous peine de voir ses comptes gelés.

Ces exigences avaient provoqué la colère de Moscou, le président Vladimir Poutine dénonçant une "attaque contre la liberté d'expression" qui appellerait une "riposte adéquate et similaire".

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a répété mardi que les représailles russes seraient "rapides et réciproques".

Les mesures prises par Washington contre RT "montrent les projets de nos partenaires d'outre-atlantique, dont l'objectif est d'interférer de manière grossière dans nos affaires internes, de contenir la Russie et au final de provoquer un changement de régime", a dénoncé le sénateur pro-Kremlin Andreï Klimov lors d'une conférence de presse à Moscou.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.