Pour lutter contre la pêche illicite, les barques seront désormais identifiées par radiofréquence

Publication: Mis à jour:
Imprimer

PÊCHE- C'est une opération qui commence à peine, mais dont le ministère de l’Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement Rural et des Eaux et Forêts attend beaucoup. Pour renforcer la lutte contre la pêche illicite, non déclarée et non réglementée, le département de la Pêche Maritime a lancé une opération d’acquisition et d’installation d’un système d’identification des barques nationales de la pêche artisanale par radiofréquence (RFID), annonce le ministère dans un communiqué.

L’opération pour l’équipement des premières barques de ce nouveau système électronique a débuté le 8 novembre au port d’Al Hoceima, où plus de 100 barques sur les 597 barques immatriculées dans ce port ont été pourvues du système d’identification par radiofréquence.

radiofrequence

Ce système d’identification permettra ainsi l’identification automatique de la barque par radiofréquence, mais aussi l’obtention d’informations précises et immédiates sur la barque de pêche, tels que le nom de la barque, l'identité de son propriétaire, le numéro d’immatriculation et la licence de pêche.

L'opération, qui cible à terme la couverture de l'ensemble de la flotte de pêche artisanale nationale, ambitionne ainsi de lutter contre la falsification des noms et numéro d’immatriculation de la barque, de contribuer à la prévention contre le vol des barques de pêche, tout en permettant l'utilisation du lecteur RFID pour la déclaration des captures, la saisie des données et la capture d’image des barques.

Au total, ce sont plus de 16.418 barques, réparties le long du littoral marocain sur plus de 156 ports et sites de pêche, qui sont concernées. Le délai prévisionnel de réalisation de cette opération est de 14 mois, annonce le ministère.

Le département de Aziz Akhannouch rappelle que le ministère a "procédé à l’installation d’un système de positionnement et de localisation en continu (VMS) dans l’ensemble de la flotte côtière et hauturière, ce qui permet l’identification et le suivi de l’activité en mer de cette flotte de pêche en temps réel". "Ces dispositifs permettent un meilleur contrôle des flottes de pêche et contribue au renforcement de la gestion durable des ressources halieutique et également améliorer les conditions d’exercice des activités de pêche pour les marins", souligne la même source.

LIRE AUSSI: