Les Polonais invités par leur gouvernement à "se multiplier comme des lapins"

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Les Polonais, invités à devenir... des lapins? Pour remédier à leur démographie déclinante, les Polonais devraient prendre exemple sur les lapins, connus pour leur intense activité sexuelle, suggère un spot vidéo produit pour le ministère de la Santé et que vous retrouverez dans notre vidéo ci-dessus.

La vidéo diffusée par les télévisions nationales s'ajoute à une série de mesures prises par le gouvernement conservateur nationaliste de Varsovie pour améliorer la natalité, dont une allocation familiale importante, d'environ 118 euros par mois par enfant, à partir du deuxième enfant.

Le clip montre un groupe de lapins sautillant gaiement et prodiguant le secret d'une bonne fécondité. "Un, nous bougeons beaucoup, deux, nous mangeons bien, trois, nous ne stressons pas, quatre, nous ne buvons pas (d'alcool)", dit un lapin en voix off. "Donc, si tu veux devenir parent, suis notre exemple. Je sais de quoi je parle: mon papa a eu 63 enfants", termine-t-il.

Si l'expression "chaud lapin" n'existe pas en langue polonaise, on dit bien "se multiplier comme des lapins".

Le dernier rapport de l'ONU sur les perspectives démographiques prédit une chute rapide du nombre des Polonais. 38,2 millions aujourd'hui, ils ne seront plus que 36,6 millions en 2030, puis 32,4 millions en 2050 et enfin 21,2 millions à la fin du siècle.

Le ministère de la Santé, qui a dépensé près de 700.000 euros pour fabriquer ce spot, compte le diffuser jusqu'à la fin de l'année, ignorant les critiques qui le jugent "insultant", "infantile", voire "irresponsable".

En effet, dans la presse, la polémique n'a pas tardé à poindre. Et cette fois-ci, conservateurs et libéraux sont d'accord, bien que ce soit pour des raisons différentes. "Sous ce film d'animation aux airs innocents se cachent de bien mauvais stéréotypes", tonne le quotidien conservateur Rzeczpospolita, qui fustige le coût de cette campagne de publicité. "Depuis des années, les familles nombreuses luttent contre les comparaisons avec les lapins et les connotations de manque de contrôle, d'exclusion sociale ou de maladie."

Du côté des libéraux, la Gazeta Wyborcza se demande pour sa part si "le ministre de la Santé, Konstanty Radziwill, prend les Polonaises pour des lapines? Ce ministre [médecin de formation] qui ne délivrerait pas de pilule du lendemain à une jeune fille violée [allusion à des propos tenus plus tôt dans l'année en défense de l'interdiction de cette pilule en vente libre pour raisons de "sécurité médicamenteuse"] et qui a stoppé les financements publics destinés à la fécondation in vitro ose nous comparer à des lapins ?"

Ce dernier défend sereinement son idée. Konstanty Radziwill trouve son spot publicitaire "sympathique". "Je comprends les sentiments (des critiques), mais je crois que susciter un débat sur cette question (la faible natalité) est important", affirme-t-il.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.