Retard de projection, spectateurs refoulés et salles surchargées aux JCC: Réactions de la réalisatrice d' "El Jaida" et des spectateurs

Publication: Mis à jour:
KDSKDSK
FACEBOOK/JCC 2017
Imprimer

Les rues de Tunis sont blindées par les files d'attente interminables. Ce sont les Journées Cinématographiques de Carthage (JCC), un événement qu'on ne présente plus.

Les films les plus attendus sont souvent ceux de réalisateurs tunisiens. Et lors de la projection de ces films, tels que "La belle et la meute", "Weldek Rajel" ou encore "El Jaida", des centaines et des centaines de cinéphiles ont attendu pendant des heures pour y assister.

Le 9 novembre, lors de la projection du film "El Jaida" de Salma Baccar dans la salle "Le Colisée" au centre-ville de Tunis, certains ont dû attendre pendant trois heures pour assister à la projection, parmi eux, certains se sont faits refoulés après cette longue attente. Très vite, les réactions ont fusé, la colère est au rendez-vous.

Salma Baccar, la réalisatrice du film, a expliqué les dessous de cet incident au HuffPost Tunisie. Selon elle, les invitations étaient au nombre de 850, partagées entre la production du film, le ministère des Affaires culturelles et la direction des JCC. "Ce qui s'est passé est qu'il y a eu plus de vente de tickets que de places disponibles. J'ai eu des échos dès l'après-midi que ça allait être archi-comble et j'ai demandé qu'on arrête la vente mais c'était trop tard", déplore-t-elle.

Le système de vente n'a pas été actualisé donc, d'où un surplus d'environ 400 spectateurs, a-t-elle ajouté. Les mêmes qui ont été amenés à se déplacer vers la salle Le Palace pour assister au film. Cette salle a été ainsi exceptionnellement ouverte à la dernière minute pour désengorger le flux massif des spectateurs vers Le Colisée et calmer les spectateurs en colère. Baccar précise également que le retard dans la projection est dû au fait qu'il y a eu un retard d'une heure et demi dans la programmation des films. La projection du film avant "El Jaida" a duré plus que prévu.

"On a vécu des incidents semblables à maintes fois, c'est vrai que c'est malheureux pour les spectateurs. S'il y a eu des actes de vandalisme de la part de certains ou des réactions policières violentes comme ça a été dit, je les condamne évidemment".

Les spectateurs ont aussi eu leur mot à dire:

  • Capture d'écran
  • Capture d'écran
  • Capture d'écran
  • Capture d'écran
  • Capture d'écran

"Projection du film "Jaida", un vacarme dans la salle du Colisée, Bombe à gaz à l'extérieur (...) Où on entendait des "Dégage" (...) dénonçant la mauvaise organisation. La projection du film qui était programmée pour 21h a été retardée pour n'être projeté qu'après 23h..."

Cependant, d'autres se sont fait une raison. Selon la réaction ci-dessous, ce n'est pas la faute aux organisateurs, eux sont "en bas de l'échelle", il faut plutôt blâmer le ministère:

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.