Liban: Hariri est "détenu" en Arabie saoudite, selon le Hezbollah

Publication: Mis à jour:
HEZBOLLAH
A picture taken on November 10, 2017, shows Hassan Nasrallah, the head of Lebanon's militant Shiite movement Hezbollah, giving a televised address during a gathering in Beirut's southern suburb.Nasrallah said Saad Hariri, who resigned as Lebanese prime minister from Riyadh last week, was 'detained' by Saudi Arabia. / AFP PHOTO / ANWAR AMRO (Photo credit should read ANWAR AMRO/AFP/Getty Images) | ANWAR AMRO via Getty Images
Imprimer

Le chef du mouvement chiite libanais Hezbollah a accusé vendredi l'Arabie saoudite de "détenir" le Premier ministre libanais Saad Hariri, qui avait annoncé la semaine dernière sa démission surprise à Ryad.

Hassan Nasrallah, le chef du Hezbollah, a par ailleurs accusé Ryad d'avoir demandé à Israël de frapper le Liban, au moment où la tension est montée d'un cran entre l'Arabie saoudite, puissance régionale sunnite, et le mouvement chiite, allié à l'Iran.

"Le chef du gouvernement libanais est détenu en Arabie saoudite, on lui interdit jusqu'à ce moment de rentrer au Liban", a lancé Hassan Nasrallah lors d'une allocution télévisée. "Il est assigné à résidence", a-t-il assuré, réclamant à l'Arabie saoudite de le "libérer".

M. Hariri, un proche du pouvoir saoudien, n'est pas rentré au Liban depuis l'annonce de sa démission le 4 novembre et des rumeurs circulent sur la limitation de sa liberté en Arabie saoudite.

Lisant un discours diffusé par la chaîne à capitaux saoudiens Al-Arabiya, M. Hariri avait démissionné en invoquant la "mainmise" de l'Iran et de son allié au Liban, le Hezbollah, sur les affaires intérieures du pays.

Le chef du Hezbollah a une nouvelle fois assuré que le chef du gouvernement libanais avait été "obligé" par les Saoudiens à présenter sa démission, et à "lire un texte écrit par eux".

La démission de Saad Hariri a pris de court l'ensemble de la classe politique libanaise, jusqu'à son parti et ses conseillers les plus proches.

La démission de M. Hariri a fait craindre que le Liban, pays aux équilibres communautaires fragiles, ne plonge dans de nouvelles violences. Le Liban a été entre autres déchiré par une guerre civile entre 1975 et 1990 et par un conflit avec son voisin israélien en 2006.

"Ce qu'il y a de plus dangereux, c'est inciter Israël à frapper le Liban", a lancé Hassan Nasrallah dans un discours retransmis à la télévision. "Je parle d'informations assurant que l'Arabie saoudite a demandé à Israël de frapper le Liban", a-t-il insisté.

L'Arabie saoudite sunnite et l'Iran chiite, deux poids lourds de la région, s'affrontent sur plusieurs dossiers du Moyen-Orient, notamment la guerre en Syrie et au Yémen.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.