L'exposition "Il y a cent ans en Algérie" fait une halte à Alger

Publication: Mis à jour:
F
APS
Imprimer

L'exposition de photographies, "Il y a cent ans en Algérie", retraçant le périple de deux pères blancs à travers les oasis algériennes en 1903, témoin de la vie quotidienne et de l'habitat de l'époque, a été inaugurée jeudi à Alger.

Organisée au Centre des arts du Palais des raïs-Bastion 23 par le Centre culturel et de documentation saharienne (Ccds), cette exposition regroupe des photos d'archives prises dans les villes de Ghardaïa, El Menia, In Salah ou encore dans les régions du Touat et de la Saoura.

Une partie de cette exposition, intitulée "Aux oasis sahariennes, le voyage de deux pères blancs en 1903", témoigne de la vallée du Mzab au début du siècle dernier avec plusieurs photographies des places de marché, des différents ksour et des images de la vie quotidienne restituant les fêtes populaires, les costumes de l'époque et la vie agraire dans la région.

Ce périple, entrepris à dos de dromadaires par Mgr Guérin et le Père Vellard entre février et juillet 1903, fait une halte importante dans la région du Touat et du Gourara à Adrar où les voyageurs se sont intéressés au ksour de Tamentit, à l'oasis de Deldoul, et aux villes de Reggane, Aoulef et Timimoune reconstituant par la photo la vie quotidienne de ces villes, la misère vécue par les populations locales à l'époque, ainsi que l'architecture oasienne.

L'exposition propose également aux visiteurs de découvrir des paysages du grand sud à In Salah et l'oasis de Tit ainsi que les textes originaux tirés du carnet de voyage des deux explorateurs qui se sont donnés pour mission de "décrire les conditions de vie des populations (...) et chercher des moyens de leurs venir en aide".

Au retour vers le nord, les voyageurs proposent un autre focus sur la région de la Saoura (sud-ouest) avec plusieurs haltes dans les oasis de Kerzaz, Taghit, Béni Abbes, Igli, Figuig ou encore Fendi, où ils ont immortalisé des fêtes religieuses dans certains mausolées ainsi que l'architecture ksourienne de ces régions.

En plus de cette exposition, le Ccds propose des photographies datées de la même période de la Kabylie, avec des portraits, des paysages et des photos d'enfants à l'école ou au centre d'apprentissage des métiers, de la ville et du ports d'Alger et de sa Casbah ainsi qu'un balayage de la ville de Djelfa.

Une série de clichés est également consacrée à la ville de Laghouat et à Ain Madhi, son Palais de Kourdane et son mausolée de Ahmed Tidjani.

Les responsables du Ccds ont indiqué que ces photographies d'archives ont été récemment retrouvées à Rome et une partie a été exposée dans les villes de Ghardaïa, Djelfa, Laghouat et Ouargla.

L'exposition se poursuit au Bastion 23 jusqu'au 30 novembre.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.