Jeun'experts: Un nouveau projet pour promouvoir l'expertise jeune en Tunisie

Publication: Mis à jour:
DVFV
Facebook/Jamaity
Imprimer

Jeunes Experts, c'est une CVthèque, mais c'est d'abord une centaine de jeunes entrepreneurs et entrepreneuses de la Tunisie, réuni(e)s sur une même plateforme pour partager leurs expériences.

Une trentaine de vidéos sont déjà en ligne, le reste sera prêt d'ici fin novembre 2017. Des vidéos de 2-4 minutes au maximum, qui retracent le parcours entrepris par ces jeunes experts. Un format qu'ils ont choisit pour son aspect ludique et interactif.

Ce projet est à l'initiative de l'association tunisienne Jamaity et le projet Net-Med Youth de l'UNESCO et financé par l'Union-Européenne.

Le projet Jeun'Experts c'est:

  • Une question d'expertise

"En Tunisie, on a toujours un problème avec la question d'expertise en relation avec les jeunes. On pense qu'un jeune ne peut pas être expert. Ce n'est qu'à partir d'un certain âge qu'ils sont considérés comme seniors (...) Donc forcément, les jeunes ils ne s'y identifient pas et ne postulent pas, alors qu'ils peuvent avoir les mêmes connaissances, et les mêmes compétences qu'une personne qui est plus âgée et qui a dix ans ou plus d'expérience", Nour Kaabi, directrice de Jamaity, une plateforme qui met en relation les acteurs de la société civile et les différents intervenants, ainsi que les jeunes en recherche d'opportunités, afin de faciliter la collaboration entre ces derniers.

  • Du relationnel

"Aussi, tous ces jeunes experts n'arrivent pas à se positionner sur le marché en Tunisie, n'arrivent pas à entrer en contact avec les acteurs publics, les médias, les organisations internationales, mais aussi les organisations de la société civile qui ont besoin de leur expertise. On leur offre la possibilité de mettre en valeur leur expertise et aussi des canaux de communication qui leurs permettent de communiquer avec ces différentes parties prenantes", Nour Kaabi, directrice de Jamaity.

  • Et du partage

"Ces jeunes là peuvent être un levier pour apporter des changements à la société. Ils ont beaucoup de rêves, et chacun de sa position peut contribuer à avoir une Tunisie meilleure. D'ailleurs ils sont tous prédisposés à partager cette expertise avec des moins jeunes, qui eux sont en train de chercher ce qu'ils vont faire, d'imaginer leurs parcours professionnels et qui tombent forcément dans les stéréotypes. On essaye de mettre en valeur des profils qui sont plutôt diversifiés", Nour Kaabi, directrice de Jamaity.

Un projet en cohérence avec la stratégie de l'UNESCO en faveur de la jeunesse

Pour Phinith Chanthalangsy, spécialiste de programme pour les Sciences sociales et humaines à l'UNESCO, l'organisation rejoint d'abord Jamaity car elle associe "très fermement et très étroitement la citoyenneté et l'expertise en termes de compétence".

Il explique, en effet, que la "plateforme Jeun'experts associe étroitement des jeunes du milieu associatif, de la société civile engagée mais qui ont développé une expertise confirmée avec les années".

La plateforme rejoint également l'UNESCO dans une autre de ses priorités, celle de contrecarrer un prêt-à-penser concernant l'employabilité des jeunes.

"Nous voulons contrecarrer cela en disant que l'emploi des jeunes se nourrit aussi par la richesse de parcours et de compétences et n'est pas linéaire. Aux yeux de l'UNESCO où nous nous occupons des arts, de l'éducation, des sciences et de la culture, nous estimons qu'il est extrêmement important de ne pas considérer les jeunes comme de la chaire à employabilité mais plutôt à des parcours diversifiés et aux parcours accidentés, intéressants pour des employeurs et donc aussi pour des institutions nationales.", poursuit Phinith Chanthalangsy.

"Pourquoi ce projet est-il important?" Entretien avec Patrice Bergamini, Ambassadeur de l'Union européenne en Tunisie:

Pour l’Ambassadeur de l'Union européenne en Tunisie, les femmes tunisiennes et la jeunesse tunisienne sont les “garde-fous” de la démocratie naissante, qui “permettent de considérer qu'il n'y aura jamais de retour en arrière en Tunisie”.

"Le génie de la démocratie est sorti de sa bouteille, plus personne ne sera capable de le faire rentrer" a-t-il ajouté.

Mais “il y a des défis”, et le défi majeur selon Bergamini, c’est l’économie et l’emploi. Car, en contraste avec l’effervescence de la jeunesse tunisienne, de “cet appétit, cette envie, cette soif de vie, cette énergie”, comme il le décrit, il y a une réalité toute autre: le taux de chômage élevé et l’abandon scolaire, c’est pour cette raison qu’il “faut mettre en valeur de belles sources de lumière, de beaux projets”.

“Si on rencontre des obstacles, ce n'est pas un échec, au contraire, c'est une leçon pour réussir plus tard. C'est pour tout ceci que l'Union Européenne veut encourager ce projet", dénote-t-il.

Et avec la CVthèque Jeun’Experts, les jeunes tunisiens et tunisiennes peuvent “raconter leurs expériences, les difficultés qu'ils ont vécu et les obstacles qu'ils ont dû affronter”, a-t-il expliqué.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.