Al Jomhouri manque d'expérience selon Slim Riahi? Oui, affirme Issam Chebbi mais "en matière de blanchiment d'argent"

Publication: Mis à jour:
SLIM RIAHI
Tunisian presidential candidate and founder of the Free Patriotic Union Slim Riahi (C) arrives at a bus station during a campaign tour on November 19, 2014 in Tunis. Tunisia holds its first multi-candidate presidential election on November 23 in the final stage of a post-revolution transition that has set it apart from the turmoil of other Arab Spring states. AFP PHOTO/FETHI BELAID (Photo credit should read FETHI BELAID/AFP/Getty Images) | FETHI BELAID/AFP/Getty Images
Imprimer

Invité sur le plateau de l'émission "Yahdeth fi tounes" ("Ca se passe en Tunisie") diffusée mercredi sur la chaine Hannibal Tv, le secrétaire-général du parti Al Jomhouri Issam Chebbi s'est fendu d'une tirade pour le moins acerbe contre le président de l'Union Patriotique Libre Slim Riahi.

Revenant sur les propos de Slim Riahi accordés à la TAP
qui présentaient le parti Al Jomhouri comme un parti qui manque d'expérience, Issam Chebbi a répondu.

"Il a dit que le parti Al Jomhouri manque d'expérience. Oui, c'est vrai, nous manquons d'expérience en matière de blanchiment d'argent" a rétorqué le secrétaire général d'Al Jomhouri en référence à la convocation par le pôle judiciaire financier de Slim Riahi pour soupçons de blanchiment d'argent le 17 octobre dernier.

Mais Issam Chebbi ne s'arrête pas là: "On manque aussi d'expérience dans la mise en faillite de grands clubs sportifs. On manque également d'expérience dans l'émission de chèques sans provisions, et je m'arrêterai là pour ne pas aller plus loin" a-t-il ajouté.

"Slim Riahi représente ce qu'il y a de négatif dans cette démocratie, il est comme l'effet indésirable d'un médicament" a-t-il ajouté.

Lors d'une déclaration accordée à la TAP, Slim Riahi avait affirmé que le parti Al Jomhouri manquant encore d'expérience. Il a ajouté que la sortie du parti du gouvernement était prévisible à cause de "ses positions contre le gouvernement notamment son refus de faire passer la loi sur la réconciliation administrative" indiquant qu' "un parti ne peut pas être en même temps au sein du gouvernement mais aussi dans l'opposition".

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.