À travers les contes, ces femmes essayent de sauver la Tunisie d'une crise de l'eau (VIDÉO)

Publication: Mis à jour:
TUNISIA WATER WOMEN
Two washer women draped in colourful gowns by the sea where they work. | Location: Kratten, Chergui, Tunisia. (Photo by In Pictures Ltd./Corbis via Getty Images) | Barry Lewis via Getty Images
Imprimer

Les observateurs prévoient une crise aiguë des ressources en eau dans les pays du Maghreb, mais également dans toute la région MENA qui surexploite ses gisements.

Afin de pallier à ce danger, un projet de coopération régionale pour une gestion durable des ressources en eau au Maghreb a été lancé afin de de renforcer la coopération régionale entre toutes les parties prenantes du secteur de l’eau du Maghreb (Algérie, Maroc, Tunisie). Ce projet est financé par le Ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement (BMZ). Il est mis en oeuvre dans un cadre de partenariat entre la coopération internationale allemande (GIZ), l’Observatoire du Sahara et du Sahel (l’OSS) et l’Institut fédéral des géosciences et des ressources naturelles (BGR).

L'un des volets de ce projet est la prévention, qui est véhiculée par le programme "Conteuses du Maghreb: Actrices du changement pour la préservation de l'eau". Cela consiste à s'appuyer sur le rôle prépondérant des femmes dans la transmission des valeurs de non-gaspillage et de la mise en place de méthodes qui permettent des réserves en eau. Ces valeurs s'inculquent aux enfants à travers des contes. Une transmission orale de plus en plus rare mais efficace car elle attire l'auditoire en usant de suspens et sans être dans le discours direct qui pourrait être moins efficace. (vidéo ci-dessous)

Des femmes des régions du Kef et de Kerkennah sont formées pour devenir des conteuses. Pourquoi ces deux villes spécialement? Le programme souligne les spécificités de ces deux régions qui font face à une crise d'eau potable. Pour Kerkennah "l'eau de mer s'infiltre dans les réserves d'eau" avec des conséquences désastreuses pour l'agriculture de la région. Quant au Kef, la problématique est autre. Là bas, les habitants font face à la pollution de l'eau due entre autre à la fragilité des canalisations. "Certaines canalisations datent de l'époque coloniale alors que les besoins se sont fortement accrus".

Les femmes, notamment dans le milieu rural, sont ainsi amenées à sensibiliser sur ces problématiques en revenant sur les bonnes pratiques de préservation de l'eau comme la construction de citernes, creuser des puits si possible, privilégier le goutte à goutte pour l'agriculture. En somme, transmettre la sacralisation de l'eau comme source de vie.

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.