Des compétences tunisiennes construiront les navires militaires tunisiens selon le ministre de la Défense

Publication: Mis à jour:
ZBIDI
Tunisian Defence Minister Abdelkarim Zbidi speaks during a meeting with U.S. Defense Secretary Leon Panetta (not in picture) in Tunis July 30, 2012. REUTERS/Zoubeir Souissi (TUNISIA - Tags: MILITARY POLITICS) | Zoubeir Souissi / Reuters
Imprimer

Des navires et des bateaux-remorqueurs sont en cours de construction dans le cadre du partenariat entre l’institution militaire et le secteur privé, a annoncé mardi le ministre de la Défense nationale, Abdelkarim Zbidi.

"La construction de ces bateaux est assurée par des compétences militaires et civiles tunisiennes", a-t-il tenu à préciser à l'ouverture de la 35e session de l'Institut de défense nationale à Bortal Hayder.

À ce propos, il a annoncé le projet de construction d’un navire qui, d’après lui, sera à la fois plus grand et plus rapide que le navire "Istiqlal" construit en 2015.

Signifiant "indépendance", "Istiqlal" est un navire de guerre de type patrouilleur qui a été entièrement construit par des officiers, ingénieurs et compétences militaires tunisiennes dans le secteur maritime, en collaboration avec une entreprise locale spécialisée dans le même domaine.

Ce navire a été construit à partir de pièces fabriquées en Tunisie, à l'exception des moteurs venant d'Allemagne et des pompes à eau venant de Suède.

Le patrouilleur "Istiqlal" a coûté 5,5 millions de dinars, alors que le coût d’acquisition d’un navire pareil à l’étranger est estimé à 6 voire 9 millions d’euros, soit un montant de 18 à 27 millions de dinars, a expliqué le ministre.

Selon Zbidi, la mise en place d’une stratégie nationale d’industrialisation militaire vient répondre à l’exigence de l’étape. "Elle permettra de réduire les importations de ces appareils et d’accroitre les capacités opérationnelles de l’armée nationale, particulièrement en matière de lutte contre le crime organisé, le terrorisme, la contrebande, la traite des personnes et la migration clandestine", a-t-il dit.

Selon Zbidi, cette stratégie va, également, contribuer à réduire les dépenses du secteur de la défense, à générer des postes d'emploi et à développer la recherche scientifique.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.