JCC 2017-"120 battements par minute", un manifeste sur un mal universel et d'actualité: Le sida

Publication: Mis à jour:
DVF
Capture écran/Youtube/120 battements par minute
Imprimer

JCC- Retenu pour représenter la France lors des Oscars après son sacre du Grand Prix du 70e Festival de Cannes, "120 battements par minute" du réalisateur Robin Campillo est projeté en marge des Journées cinématographiques de Carthage.

Le film dépeint la lutte acharné contre le sida portée par l'action de l'association Act-Up à Paris qui défrayait la chronique dans les années 1990 en France. Le HuffPost Tunisie vous propose 3 bonnes raisons de regarder ce film.

  • Ce film est bouleversant, il bouscule nos rapports les plus intimes à la vie et à la mort. Il rend compte des tournants de l'humain dans ses haines, ses colères, ses amours et dans ses combats. Un film exceptionnel sur un sujet toujours d'actualité, en France, en Tunisie et ailleurs; le sida et ses ravages, un sujet atrocement universel.
  • Le film est une piqûre de rappel contre la banalisation de l'infection, et pour dire que la maladie existe encore, tue. Le réalisateur trace la valse des militants, réunis par l'infection, qui se battent avec fougue contre la mort en faisant face à l'hostilité, l'ignorance sur un mal jaillissant à l'époque mais tellement cruel avec son lot de victimes.
  • Le film surpasse tous les discours et toutes les campagnes qui ont été faites pour prévenir contre le sida, il est suffisant pour comprendre les désastres de la sexualité non protégée, par conséquent c'est un film indispensable.

Si le film est une réussite tant esthétique que cinématographique, les personnage suscitent autant l'empathie, que la répulsion, ce qui reflète la profondeur du scénario et des jeux d'acteurs saisissants. Un film à découvrir absolument.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.