L'inscription de l'expérience tunisienne d'abolition de l'esclavage au "registre de la Mémoire du monde" de l'UNESCO

Publication: Mis à jour:
SLAVE TUNISIA
ilbusca via Getty Images
Imprimer

L'expérience tunisienne de l'abolition de l'esclavage de 1841 à 1846 vient d'être inscrite au "registre de la Mémoire du monde" de l'UNESCO, a annoncé l'ambassadeur-représentant permanent de la Tunisie auprès de l’UNESCO, Ghazi Ghraïri sur son compte Twitter.

Le registre Mémoire du Monde comprend le patrimoine documentaire qui a été recommandé par le Comité consultatif international et approuvé par le Directeur général de l'UNESCO, comme répondant aux critères de sélection en ce qui concerne son intérêt international et sa valeur universelle exceptionnelle.

Le processus d'abolition de l'esclavage en Tunisie a été inédit dans le monde arabe. Alors que la Tunisie recevait entre 500 et 1.200 caravanes transportant de la poudre d'or et des esclaves, Ahmed 1er Bey décida d'abolir l'esclavage. Procédant par étapes, il ferma d'abord le marché aux esclaves de Tunis en août et attend 1842 pour annoncer que toute personne née dans le pays est désormais libre. Pour faire face aux contestations, il sollicite l'aval de certains religieux, notamment celui du mufti Sidi Brahim Riahi.

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.