Pour le ministre des Affaires sociales Mohamed Trabelsi, la démocratie a permis de réduire la pauvreté

Publication: Mis à jour:
Imprimer

La démocratie est à l'origine du recul du taux de pauvreté en Tunisie, c'est en gros ce qu'a déclaré du ministre des Affaires Sociales, Mohamed Trabelsi, au micro de la chaîne de télévision nationale Wataniya 1.

Selon Trabelsi, la démocratie est forcément à l'origine de ce recul car, dit-il, elle a permis au peuple de défendre ses droits par les manifestations et la liberté d'expression, laquelle "pourrait favoriser une bonne répartition des richesses".

Toujours selon le ministre, les près de 200 mille emplois crées dans la fonction publique après la révolution constitueraient la preuve du recul du taux de la pauvreté. En effet, selon Trabelsi, les recrues concernées étaient touchées par la pauvreté avant de retrouver un emploi.

Donc selon le ministre des Affaires Sociales, ce recrutement massif effectué entre 2011 et 2014 aurait été une avancée dans la lutte contre la pauvreté, si l'on ignore le problème que pose actuellement la masse salariale dans la fonction publique.

Bien qu'une étude de l'Institut national de la statistique en 2017 eût révélé une baisse importante du taux de pauvreté en Tunisie entre 2010 et 2015, les résultats de l’enquête avaient cependant fait couler beaucoup d’encre, à tel point que le député de Nidaa Tounes Fadhel Ben Omrane a affirmé que l'institut induisait l'opinion publique en erreur.

En 2012, l’Institut national de la statistique et la Banque africaine de développement ont également estimé le taux de pauvreté en Tunisie à 15,5%, en progrès par rapport aux chiffres de 2005 (23%) et 2000 (32%). Mais tout comme en 2017, l'étude avait porté sur des chiffres de 2010, ne prenant ainsi pas en compte l'importante augmentation du taux d'inflation depuis 2011.

Lire aussi
Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.