Top 5 des raisons de visiter la Tunisie, selon The Telegraph

Publication: Mis à jour:
TUNISIA BEACH
A tourist walks out of a traditional souvenir shop in Sidi Bou Said, near Tunis, Tunisia July 7, 2015. Tunisian President Beji Caid Essebsi declared a state of emergency on Saturday, saying the Islamist militant attack on a beach hotel that killed 38 foreigners had left the country "in a state of war". REUTERS/Zoubeir Souissi | Zoubeir Souissi / Reuters
Imprimer

Chris Leadbeater‏ britannique et journaliste voyages, atterrit à Tunis le 19 octobre 2017. Quelques jours après, son article est publié sur The Telegraph: "Plages et merveilles antiques - mais pas de touristes: Pourquoi est-ce le moment idéal pour visiter la Tunisie".

Un article en détails sur son passage à Tunis où il a parcouru Sidi Bou Saïd, Carthage, La Marsa, La Goulette et Bardo. Il traverse ensuite Sousse, Monastir, El Jem, Mahdia et Hammamet.

Il y dresse son Top 5 des raisons pour retourner en Tunisie:

1. L'Amphithéâtre d'El Jem, le grand monument romain, datant du 3e siècle et classé au patrimoine mondial de l'Unesco en 1979, c'est l'un des plus célèbres monuments de Tunisie, l'un des plus préservé au monde.

"Certains jours, vous vous sentez très privilégié d'être un journaliste voyages..."
Il continue dans un autre tweet, "Le jour où vous allez à l'Amphithéâtre d'El Jem pourrait être l'un d'eux (de ces jours)"

2. La cité antique de Carthage au nord-est de Tunis, qui, après la défaite des Carthaginois en 146 av. J.-C, a été reconstruite par les Romains. Les sites archéologiques y sont nombreux, romains et puniques, et sont classés au patrimoine mondial de l'Unesco depuis 1979.

"Les Romains ont été si vicieux de détruire le grand Carthage en 146 avant JC. il ne reste pas beaucoup de traces..."

3. La capitale Tunis qui "offre une ambiance décontractée, un ciel bleu flamboyant, une vue étincelante sur la mer, de l'harissa, du couscous au poisson et une Chicha fumante", s'exprime-t-il à travers les mots de Rosemary Behan, une journaliste de voyage pour The Telegraph également, dans un billet datant de 2008.

"Et direction de la Capitale. Oh, regardez! Il y a l'un de ces écriteaux comme à Amsterdam"

4. Le village de Sidi Bou Saïd, "L'un des plus beaux villages de la Méditerranée", écrit Leadbeater, qui semble charmé par les pavés et les emblématiques maisons bleues et blanches. "On aurait dit qu'il (le village) a été directement transporté d'une île grecque".

"L'iconique village au bord de la mère, une vue en bleu et blanc."

5. Sfax et Kerkennah, deuxième ville de Tunisie qui confine une Medina "bouillonnante". C'est aussi le point de départ pour explorer les îles de Kerkennah et leurs plages discrètes.

Promouvoir la destination Tunisie semble être l'affaire de plusieurs médias étrangers

Cet été, les touristes français sont revenus en masse en Tunisie. Les médias français n'ont de cesse fait la promotion des plages tunisiennes notamment pour les prix modestes qu'offre le pays. TF1, Le Figaro, Europe 1, et France 2, "Le Monde" et d'autres encore ont bien dessiné la tendance.

De leur côté, les médias anglais font aussi la promotion de la destination Tunisie à l'instar de The Sun, Breaking Travel News, le sondage du World Travel Market London, The Telegraph...

Dès l'assouplissement des restrictions aux voyageurs à destination de la Tunisie par le Foreign and Commonwealth Office, les agences de voyages britanniques comme Thomas Cook ont ​​repris leurs activités en Tunisie. Récemment l'agence de voyage Tui pour le Royaume-Uni et l’Irlande a révélé que son entreprise pourrait être de retour en Tunisie d'ici l'hiver 2018.

Les vols ont repris et les vacanciers britanniques sont de retour en Tunisie, attirés d'une part par les prix et d'autre par le renforcement de la sécurité.

Avant l'attaque sanglante de Sousse en 2015, où 38 victimes, dont 30 britanniques avaient trouvé la mort, ils venaient y passer leurs vacances en grand nombre, environ 420.000 chaque année, selon Breaking Travel News. Le nombre est passé à 23.000 en 2016.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.