Accusé de viols, Tariq Ramadan s'explique sur sa suspension de l'université d'Oxford

Publication: Mis à jour:
Imprimer

TARIQ RAMADAN - Visé par deux plaintes pour viol en France et accusé d'abus sexuel sur des mineures en Suisse, Tariq Ramadan, n'enseignera plus à l'université d'Oxford. L'islamologue et théologien suisse de 55 ans l'a annoncé sur sa page Facebook:

"Contrairement à ce qui a déjà été rapporté par la presse francophone, j’ai donc pris un congé, d’un commun accord avec l’Université d’Oxford, qui me permettra de me consacrer à ma défense tout en respectant le besoin des étudiants d’évoluer dans un espace serein."

Il a également tenu a souligner et à saluer la position de l’université d’Oxford depuis le début de cette affaire. "Elle a défendu le principe de la présomption d’innocence sans minimiser la gravité des allégations portées contre moi".

Après avoir maintenu le professeur dans ses fonctions en dépit des allégations de viols et d’agressions sexuelles présentées contre lui, la prestigieuse université britannique a publié le 7 novembre un court communiqué indiquant la mise en congé de Tariq Ramadan.

"D’un commun accord, et avec effet immédiat, Tariq Ramadan, professeur d’études islamiques contemporaines, a pris un congé de l’Université d’Oxford. Les obligations d’enseignement, de supervisions et d’examens du professeur Ramadan seront redistribuées et il ne sera pas présent à l’Université ou au Collège. L’Université a constamment reconnu la gravité des allégations portées contre le professeur Ramadan, tout en insistant sur l’importance d’un juste équilibre, du principe de justice et du respect de la procédure."

Elle a également souligné qu'"un congé mutuellement accepté n’implique aucune présomption ni acceptation de la culpabilité et permet au professeur Ramadan de se concentrer sur les allégations très sérieuses qui sont portées contre lui et qu’il conteste catégoriquement. Dans le même temps cela nous permet de nous concentrer sur notre principale préoccupation: tenir compte du désarroi important et compréhensible en mettant au premier plan le bien-être de nos étudiants et de notre administration."

L'annonce est tombée deux jours à peine après le lancement d'une pétition par une militante britannique des droits des femmes, Aïcha Ali-Khan, afin de suspendre Tariq Ramadan de ses fonctions à l'Université d'Oxford. La pétition avait rassemblé plus de 1500 signatures.

Dans un message en anglais publié sur son compte Twitter, Tariq Ramadan a déclaré lundi 6 novembre: "Je démens catégoriquement ces allégations et dépose aujourd'hui une plainte contre X pour diffamation".

Tariq Ramadan était membre associé de la faculté de théologie de l'Université d'Oxford et enseignait depuis octobre 2009, notamment en master d’études contemporaines islamiques. Cette année, il enseignait la philosophie islamique et la théologie.

LIRE AUSSI: