150 milliards de DA alloués à la réalisation de la 1ère tranche du projet du Port centre

Publication: Mis à jour:
8CDFE618555AC8F1FBF45130BF35BA17_M
DR
Imprimer

Le ministre des Travaux publics et des transports, Abdelghani Zaalane, a annoncé dimanche à Alger qu'une enveloppe de 150 milliards DA a été allouée, au titre du projet de loi de Finances 2018, à la réalisation de la première tranche du projet du "Port centre", appelé à devenir un des plus importants ports en Méditerranée, selon l'APS.

Intervenant devant les membres de la commission des Finances et du budget de l'APN, M. Zaalane a indiqué qu'un montant de 150 milliards de dinars a été alloué, au titre du PLF 2018, à la réalisation du Port centre à El Hamdania (Cherchell-wilaya de Tipasa).

"Les autorités publiques s'attellent à la libération des assiettes foncières nécessaire et à l'indemnisation des propriétaires", parallèlement l'étude préliminaire exhaustive est en phase de maturation pour écarter une éventuelle réévaluation du projet.

Pour le ministre, ces mesures permettront la réalisation du projet suivant un plan minutieux loin de tout problème inhérent à la propriété ou au financement.

La nouvelle infrastructure portuaire sera reliée aux réseaux routier et ferroviaire et dotée de tous les équipements et dépendances nécessaires, à l'image des zones industrielles et des plateformes logistiques.

La gestion du "Port centre" sera confiée à une société mixte associant un partenaire étranger de renom, selon la règle 51/49 régissant les investissements étrangers, a affirmé le ministre.
Il a été fait appel à un partenaire étranger de renom au regard de l'envergure du projet et les exigences de sa gestion moderne, d'une part, et la nécessité de faire venir les grands opérateurs du commerce international, d'autre part.

Le gouvernement a fait le choix de tempérer le lancement du projet pour donner au partenaire étranger le temps de s'enquérir des études et plans relatifs à ce projet, selon les déclarations de M. Zaalane.
Le projet devrait favoriser les échanges commerciaux à l'échelle nationale et internationale, de par son emplacement à 16 miles seulement de la zone méditerranéenne où se concentre 21% du trafic maritime et commercial international.

Le futur port sera un accès pour le commerce des pays africains, notamment après son raccordement à la Transsaharienne, en sus d'atténuer la charge sur la Capitale, qui pourra retrouver sa vocation touristique, conclut le ministre.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.