Leïla Slimani devrait être nommée représentante d'Emmanuel Macron pour la francophonie

Publication: Mis à jour:
LEILA SLIMANI
Moroccan-French author Leila Slimani reacts at the Drouant restaurant after she received the French literary prize Prix Goncourt for her novel "Chanson douce" (Sweet Song), in Paris, France, November 3, 2016. REUTERS/Jacky Naegelen | Jacky Naegelen / Reuters
Imprimer

POLITIQUE - La jeune écrivaine d'origine marocaine de 36 ans enchaîne les consécrations. Un an après avoir remporté le très prestigieux prix Goncourt pour son deuxième roman Chanson douce, Leïla Slimani devrait être nommée représentante personnelle d'Emmanuel Macron pour la francophonie, rapporte ce matin Le Parisien.

L'auteure devrait être reçue cet après-midi à 15h heure française par le président pour un entretien en tête-à-tête à l'issue duquel sa nomination serait officialisée.

L'écrivaine franco-marocaine qui s'était engagée en faveur d'Emmanuel Macron lors des élections et considérée comme une proche du couple présidentiel avait été pressentie au ministère de la Culture. Invitée de Nicolas Demorand sur France Inter, en août dernier, Leïla Slimani n'avait pas démenti avoir refusé la proposition d'Emmanuel Macron de diriger le ministère français de la Culture.

En mars dernier, l'écrivaine avait reçu, les insignes d'Officier de l'ordre des Arts et des Lettres décernés par la ministre française de la Culture et de la Communication, Audrey Azoulay - fille du conseiller du roi André Azoulay - lors d'une réception au ministère à l’occasion du lancement de la 37e édition du Salon du Livre de Paris.

En juin dernier, la romancière a fait partie de la délégation très restreinte lors de la visite privée du président français au Maroc, invité par le roi Mohammed VI.

La plume de la jeune romancière a également réussi à séduire la première dame française. Il y a deux semaines, Brigitte Macron, ancienne enseignante, a choisi un texte de Leïla Slimani pour une dictée très médiatique destinée à soutenir une association engagée dans la lutte contre les maladies rares, toujours selon Le Parisien.

LIRE AUSSI: