Le cirque désengorge les villages reculés de Jbel Semmama grâce à la Fondation Rambourg

Publication: Mis à jour:
D
Fondation Rambourg
Imprimer

Parce que les enfants tunisiens où qu'ils soient ont droit aux divertissements, la Fondation Rambourg a organisé du 30 octobre au 4, novembre 2017 l'évènement "Sammama fait son cirque" en offrant aux enfants de Jebel Sammama, délégation de Sbeïtla (Kasserine), des ateliers de cirque gratuits.

Et c'est à l’amphithéâtre du Centre culturel de Jebel Sammama que Adnen Helali, en collaboration avec Lisbeth Benout, la directrice artistique et les circassiens animateurs des ateliers Mathieu Morenhout et Jean-Pierre Pagliari, issus de l’école de cirque de Bruxelles, ont pu réaliser cet événement.

Durant six heures par jour, 35 enfants et jeunes ont pu ainsi bénéficier de formations différentes en jonglerie, monocycle et échasses. Le résultat final a été à la hauteur des efforts déployés avec un spectacle d’une heure avec les jeunes et des numéros réalisés par les circassiens belges.

Cet évènement s'inscrit dans le cadre d'un projet de la Fondation Rambourg visant à désengorger ces régions, longtemps marginalisées, en leur offrant des alternatives culturelles et économiques qui valorisent le patrimoine de cette région et détourne les jeunes des chemins obscurs du radicalisme. C'est ainsi que le Centre culturel de Jebel Semmama verra le jour bientôt. Naissant en plein désert culturel, ce centre est "une volonté, une demande des villageois eux-mêmes, qui se le sont appropriés. Au début je n’ai fait que les écouter et ils voulaient de la culture", explique Olfa Terras Rambourg, présidente de ladite Fondation.

Le centre abritera une salle de cinéma, une salle de théâtre, une bibliothèque, des ateliers de musique pour enfants et adolescents, mais pas que, les jeunes pourront se divertir également en pratiquant du sport dans un terrain qui y sera dédié.

Un tel projet aura des retombés économiques notables, "il y aura la composante la plus importante, celle des arts et des métiers qu’il faut préserver et qui constituera une source de revenus pour les villageois à travers un réseau de commerce équitable que nous sommes en train de mettre en place", a renchéri Olfa Terras Rambourg.

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.