Entretien avec Adlène Meddi: 1994, des mots pour les années de folie et de terreur

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Il suffit parfois d'un voyage pour vous pousser à remonter le temps et à libérer vos fantômes. C'est le cas du Journaliste- romancier Adlène Meddi. Dans cet entretien au HuffPost Algérie, Meddi parle de son retour à Had Ch'kala et comment ce voyage sur les lieux d'un massacre a réussi à le tirer de sa bulle. Dans ce village où tout pouvait rappeler la mort, l'appel à la vie a été le plus fort. Ce voyage l'a transformé. Il n'était plus le même. Obligé à se regarder en face, il décide alors d'aller au plus profond de lui même à surmonter ses obstacles et à coucher tout cela sur du papier.

Sa quête d'une "guérison" ou du moins de la "cicatrisation de ses blessures" et celles des Algériens de sa génération lui a permis de tisser les fils d'un roman aussi noir que l'époque qu'il décrit.

Lutte anti-terroriste, guerre de libération nationale, années de lycées, amours, escadrons de la mort et services secrets, Adlène avait tous les ingrédients pour parler de 1994.

Dans cet entretien, il parle surtout de ce que représentait cette année pour lui, pour son entourage. Il ne cache pas son obsession et aussi sa fascination pour les services secrets. Il évoque aussi la part de la fiction et du réel dans son roman. Il explique aussi le choix du style littéraire qu'il a adopté.

LIRE AUSSI: 1994 de Adlène Meddi: le noir roman des "justiciers"

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.
Loading...