Princes et ministres interpellés: Une purge sans précédent en Arabie Saoudite

Publication: Mis à jour:
MOHAMMED BIN SALMANE
Le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman à Riyadh, Arabie saoudite, 24 octobre 2017. REUTERS/Hamad I Mohammed | Hamad I Mohammed / Reuters
Imprimer

ARABIE SAOUDITE - Princes, ministres, hommes d'affaires... Personne n'est à l'abri de la vague d'arrestations qui touche actuellement le royaume d'Arabie saoudite dans ce qui est, selon l'AFP, une purge "sans précédent dans l'histoire moderne du pays".

Selon l'agence de presse française, une dizaine de princes et anciens ministres ont été arrêtés samedi 4 novembre. Parmi eux, le très médiatique prince Walid ben Talal.

Le milliardaire possède des parts dans certaines des entreprises les plus puissantes de la planète, comme News Corp, Citigroup ou encore Twitter, rapporte le New York Times. Selon l'AFP, le cours de son groupe, Kingdom Holding Co, a chuté de presque 10%.

"Offensive anti-corruption"

Selon L'Orient Le Jour, ces derniers ont été arrêtés "dans le cadre d'une offensive anti-corruption". La veille, le même journal annonçait "la mise en place, en Arabie saoudite, d'une commission ad hoc chargée d'enquêter sur la corruption dans le secteur public".

Selon Al Arabiya, citée par le New York Times, cette commission "a le droit d'enquêter, arrêter, interdire de déplacement, et geler les revenus de toute personne qu'elle considère corrompue".

Toujours selon le journal américain, le Ritz Carlton de Riyadh a été évacué samedi soir, alimentant les rumeurs selon lesquelles les princes seraient mis en détention dans ce lieu.

Une vague d'arrestations que les experts considèrent être un moyen, pour le prince héritier Mohammed Ben Salmane, dit MBS, de faire taire l'opposition et consolider son pouvoir.

L'ascension irrésistible de MBS

Ces derniers mois, la monarchie saoudienne a été secouée par l'ascension fulgurante du jeune prince, âgé de seulement 32 ans. En juin dernier, le fils du roi Salmane est nommé prince héritier par son père. Ce dernier remplace ainsi le prince Mohammed bin Nayef bin Abdelaziz, neveu du roi.

Depuis, Mohammed Ben Salmane est l'homme fort du régime saoudien. En octobre dernier, celui que certains considèrent comme un prince "réformateur", a promis "une Arabie saoudite "modérée", pratiquant un islam "tolérant et ouvert" lors d'une conférence économique internationale à Riyadh, devant des investisseurs et journalistes étrangers.

LIRE AUSSI: Arabie Saoudite: Mohammed bin Salman nommé Prince héritier