Le premier livre jeunesse sur les règles est enfin sorti

Publication: Mis à jour:
RGLES
EDITIONS LA VILLE BRÛLE
Imprimer

FÉMINISME - "Quand on parle aux gens des règles, ils ne sont pas enthousiastes", raconte Élise Thiébaut au HuffPost. Aux côtés de la dessinatrice Mirion Malle, la journaliste et auteure a publié, ce jeudi 2 novembre, le premier livre jeunesse dédié aux "ragnagnas", aux "ourses", aux "Anglais qui débarquent" ou à "l'Armée rouge dans la culotte" - appelez ça comme vous le voulez.

"Mais si on les surprend, les gens s'y intéressent", poursuit-elle. C'est sur la base de ce pari que l'auteure avait déjà écrit un ouvrage dédié aux règles, "Ceci est mon sang".

Son éditrice l'a convaincue d'adapter le livre pour un public plus jeune, avec ce même défi.

Élise Thiébaut multiplie donc les récits sur les règles à travers le monde et les différentes époques: "Je raconte par exemple que les alchimistes chinois pensaient qu'elles étaient source de vie éternelle". Et elle rebondit: "Grâce aux cycles menstruels et lunaires, les premiers astronomes et mathématiciens étaient probablement des femmes."

Mais au-delà des simples anecdotes, son travail se base sur un engagement féministe. "Je suis partie d'une hypothèse", raconte l'auteure, "le rapport des femmes aux règles est source d'une piètre estime de soi".

regles

Il pèse ainsi sur les règles un tabou ancestral, explique-t-elle. "Ces tabous visaient à permettre la reproduction, mais quand ça s'est retourné, c'est devenu le symptôme de l'impureté des femmes et donc de leur infériorité, avec l'invention du patriarcat au néolithique." Elle a donc travaillé à décrire cette oppression, "pour transformer ça en outil d'émancipation".

"Montrer que les règles ne sont pas sales invite à la bienveillance, et à donc à prendre soin de soi", justifie-t-elle. Ce qui est d'autant plus important que les jeunes filles ne connaissent pas bien leur corps, et sont plus sensibles face aux préjugés négatifs sur les règles.

"On ne voulait pas placer le lecteur ou la lectrice dans la position de recevoir des conseils", explique Élise Thiébaut, "mais de prendre possession d'un savoir qui les renforce, qui leur permette de faire face à leur propre vie, et à leur entourage".

regles

Le livre est ainsi structuré en plusieurs niveaux de lecture: des illustrations, puis un texte central et enfin des encadrés rouges, plus précis. "On peut le survoler et picorer dedans, puis y revenir plus tard", décrit l'auteure.

Les manuels suédois font office de modèle à ses yeux. "Ils font des textes d'éducation sexuelle très marrants, très francs, sans être vulgaires." Elle reprend cet humour, enrichi par les dessins de Mirion Malle qui dessine des personnages dans toute leur diversité, avec "des femmes qui ne sont pas toutes blanches, pas toutes épilées, pas toutes avec des tailles de guèpe".

Et en profite pour aborder tous les sujets qui découlent des règles.

"On parle de sexualité, d'amour, de politique, de plaisir, de masturbation", détaille-t-elle, mais aussi de sujets plus pointus, comme l'endométriose.

"Quand on parle de relations sexuelles, par exemple, plutôt que de faire peur dès le début, c'est bien de commencer par le plaisir, dire que c'est quelque chose d'agréable et formidable", explique l'auteure. "Il faut commencer par ça avant de parler du consentement, des sensations nouvelles..."

Elle assume d'avoir écrit ce livre jeunesse "pour que le savoir change de camp", avec l'ambition de "faire simple, mais pas simpliste". Pour exemple de cet engagement fort, elle donne le titre initial prévu pour le chapitre sur la gynécologie: "comment expliquer les règles à son gynéco".

regles

"On a tellement peur face à son gynéco", justifie-t-elle.

Riche de ce savoir et de ses anciennes recherches, elle assure que ce livre séduit au-delà de son cœur de cible. "On a eu des retours d'adultes qui me disent: 'c'est incroyable, j'ai appris plein de trucs', 'olala, j'ai honte, je ne savais pas'."

Mais les plus jeunes restent la priorité du livre. Il y a dix ans, elle avait ainsi déjà écrit des livres jeunesse sur les mutilations génitales, les femmes en politique et les violences subies. Cette fois, ce sont des gouttes de sang souriantes qui servent de trame. Pour inviter une nouvelle fois les jeunes filles à s'émanciper.

regles

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.