Donald Trump: les Gifs qui ont marqué la première année de sa présidence

Publication: Mis à jour:
DONALD TRUMP YELLING
U.S. President-elect Donald Trump yells to members of the media from the steps of the main clubhouse at Trump National Golf Club in Bedminster, New Jersey, U.S., November 19, 2016. REUTERS/Mike Segar TPX IMAGES OF THE DAY | Mike Segar / Reuters
Imprimer

DONALD TRUMP - Une année riche en images. Le 8 novembre marquera le premier anniversaire de la victoire de Donald Trump à l'élection présidentielle américaine. L'occasion de faire un premier bilan de ce début de mandat, mais aussi de revenir sur certains moments phares qui ont marqué visuellement les douze derniers mois.

Le HuffPost a fait une sélection de 15 Gifs du président américain qui ont marqué l'actualité. Et ça vaut le détour. Car derrière ces Gifs surprenants, amusants, effrayants voire grotesques, c'est toute la façon de présider de Trump qui est résumée en quelques images.

  • Trump 0-1 Aigle pour TIME Magazine
Le 8 décembre 2016, quelques semaines après la victoire de Donald Trump à la présidentielle, TIME Magazine publie les photos d'un shooting effectué lors de la campagne. Le photographe américain Martin Scholler choisit de faire poser le richissime homme d'affaire aux côtés d'un Pygargue à tête blanche (proche de l'aigle), symbole et fierté de la culture américaine (qui apparaît même sur le sceau officiel du président américain). Les coulisses de cette séance photo provoquent alors l'hilarité du web, et un gif est partagé abondamment sur les réseaux sociaux. L'emblème des Etats-unis qui s'attaque à Trump... tout un symbole.

  • Une visite inattendue à la Trump Tower​​​​​​
Le 13 décembre, moins d'un mois après sa victoire, Donald Trump reçoit une visite inattendue à la Trump Tower. Le rappeur Kanye West vient à la rencontre du nouveau président, sans que la raison soit connue des médias. Ce n'est que plusieurs heures après cette entrevue que le mari de Kim Kardashian s'explique brièvement sur Twitter, annonçant: "J'ai voulu rencontré Trump aujourd'hui pour discuter des problèmes multi-culturels. Il s'agit notamment de problèmes de harcèlement, d'apporter du soutien aux enseignants, de moderniser les programmes, et de lutter contre la violence à Chicago. Pour moi, il est important d'entretenir une relation directe avec notre futur Président si nous voulons vraiment faire évoluer les choses".

  • Ambiance tendue dans le couple présidentiel lors de l'investiture
Lors de l'investiture de Donald Trump le 23 janvier, le monde peut voir une scène étonnante entre le président et Melania Trump. Alors que son mari s'adresse à elle, la nouvelle Première Dame, jusque-là souriante, perd soudainement son sourire et baisse la tête. Impossible de savoir ce qu'il lui dit, mais cette dernière ne semble vraiment pas enchantée par ses paroles. Cette scène est largement relayée par les médias et les réseaux sociaux. Ces derniers voient d'ailleurs l'apparition d'un nouveau hashtag: #FreeMelania. Cette petite scène, qui ne sera pas la dernière dans le genre, laisse penser à des relations tendues dans le couple.

  • La très symbolique signature du retrait du traité de libre-échange transpacifique
Comme il l'avait annoncé durant sa campagne et depuis son élection à la présidence des Etats-Unis, Donald Trump prend dès lundi 23 janvier des décisions radicales, en rupture avec Barack Obama. Cela concerne aussi bien le commerce que l'emploi ou l'avortement. Après un premier week-end chaotique au cours duquel ses opposants font une démonstration de force dans la rue et son porte-parole Sean Spicer est accusé de mensonge, le président républicain veut agir vite. C'est ce qu'il a fait en signant l'acte de retrait des Etats-Unis du traité de libre-échange transpacifique (TPP), après avoir déjà détricoté l'Obamacare, autre priorité de la précédente administration. En présentant ainsi ostensiblement sa signature, le président met en avant sa volonté de prendre le contre-pied du mandat précédent. Ce Gif, l'un des plus connus de Trump, a été également le plus détourné sur les réseaux sociaux.

  • Shinzo Abe fait les frais de la poignée de main de Donald Trump
Les poignées de main du président sont désormais redoutées par les personnalités politiques, américaines et étrangères, amenées à croiser son chemin. Donald Trump a une façon bien particulière de serrer la main de ses interlocuteurs. Il tire à lui, empoigne, serre, secoue et ne lâche rien. Au début du mois de février, Shinzo Abe en a fait les frais et, visiblement, l'expérience n'a pas dû être des plus plaisantes. Il a également fait de même en mai avec Emmanuel Macron lors du sommet de l'Otan à Bruxelles. Cette poigne d'enfer est désormais sa marque de fabrique.

  • Quand le président se lâche
Le 23 mars, le président découvre deux énormes camions garés devant la Maison Blanche, à la fin d'une réunion avec une vingtaine de camionneurs et chefs d'entreprises de transport. Avant de laisser ses invités partir, le milliardaire new-yorkais ne résiste pas à la tentation de monter dans l'un des semi-remorques. Une fois assis à la place du conducteur, l'excitation semble alors l'avoir soudainement submergé. Il s'amuse alors comme un petit fou aux manettes du véhicule peint en noir et décoré du drapeau américain. Coups de klaxon, bouche grande ouverte, poings qui tambourinent sur le volant, grimaces... tout y passe. Cet accès de folie infantile est largement détourné sur les réseaux sociaux et symbolise aussi le côté imprévisible et impulsif du président.

  • Donald Trump et les oublis protocolaires
Melania veille au grain. Difficile de dissimuler certains gestes lorsque l'on est filmé par une armée de journalistes. Melania Trump doit rappeler à l'ordre son président de mari pendant l'hymne national le lundi 17 avril lors du coup d'envoi de la chasse aux œufs de Pâques de la Maison Blanche. Alors qu'ils entonnent tous l'hymne, la main posée sur le cœur, la Première Dame donne un discret coup de coude à son mari qui, lui, a oublié de faire le geste symbolique. Ce moment a de suite été repéré.

  • Nouveau rappel au protocole ou simple rejet?
De même, le 22 mai, en visite officielle en Israël, alors que le couple marche en compagnie de Benjamin Netanyahu et de sa femme, Donald Trump tente de prendre la main de son épouse. Cette dernière donne un coup sec pour lui signifier de laisser tomber. Elle réitère le même geste le lendemain à la descente de l'avion à Rome. Ces discrets rappels à l'ordre ont été repérés et ont créés de réelles interrogations sur les relations du couple. Cependant, il se peut simplement que la Première Dame prenne ici son rôle à cœur et mette un point d'honneur à respecter le protocole à la lettre, elle qui a mis quelques temps à prendre ses marques à la Maison Blanche.

  • Quand Donald Trump rencontre le Pape François
Le président des États-Unis a le "très grand honneur" de rencontrer le pape François, le 24 mai dernier. Le souverain pontife et le chef d'État s'entretiennent à huis-clos pendant 30 minutes dans la bibliothèque. La teneur de leur discussion ne filtre pas dans les médias, mais à la fin de l'entretien, le président américain glisse: "Merci, merci, je n'oublierai pas ce que vous avez dit". Une rencontre particulière pour le chef d'État qui n'a eu de cesse de se proclamer "chrétien et "fier" de l'être. Cela juste après que le Pape a critiqué son projet de mur à la frontière mexicaine, le qualifiant de "non chrétien". Malgré les sourires de façades, les relations entre le pontife et le président semblent assez tendues.

  • Une présence très remarquée lors du sommet de l'Otan à Bruxelles
Le président américain a-t-il réellement bousculé le Premier ministre du Monténégro lors du sommet de l'Otan à Bruxelles le 25 mai? Dans ce Gif, on peut voir Donald Trump écarter avec son bras le Premier ministre du Monténégro Duško Marković pour apparaître au premier plan devant les photographes, avant de remettre en place sa veste de costume. Avec ses poignées de mains fulgurantes, cette envie d'être au premier plan est assez révélatrice de son désir de s'imposer et marquer le terrain tant en politique qu'au niveau international. Une attitude que l'on retrouve bien dans l'escalade agressive de surenchères qu'il entretient avec la Corée du Nord.

  • Son grand combat contre les "fake news" ... et contre CNN
Donald Trump n'aime décidément pas du tout les critiques et encore moins ceux qui les relayent. C'est l'un de ses grands combats depuis sa victoire aux élections. Le président des Etats-Unis est d'ailleurs en guerre contre la chaîne CNN, qu'il accuse systématiquement de "fake news". Dans sa campagne contre la chaîne, il en remet une couche le 2 juillet sur Twitter.

Le locataire de la Maison Blanche ressort un extrait de son combat de catch d'anthologie en 2007 face à l'homme d'affaires et président de la fédération mondiale de catch Vince McMahon. Sauf que là, la vidéo est un montage diffusé sur Reddit le 28 juin, où le logo CNN a été apposé sur le visage de son adversaire. Une violence vis-à-vis des médias, même virtuelle, sans précédent.

  • Un vent magistral de la part de la première dame polonaise
Avant d'atterrir à Hambourg, où doit se tenir le G20, réunissant ainsi les chefs d'Etat des pays les plus puissants du monde les 7 et 8 juillet, Donald Trump fait escale à Varsovie en Pologne. Il peut, à cette occasion, rencontrer le président polonais Andrzej Duda et son épouse, la "première dame de Pologne", Agata Kornhauser-Duda. Cette dernière lui remet d'ailleurs, a priori sans le vouloir, un vent majestueux. Et au vu de sa tête, il n'a pas dû apprécier. Une belle déconvenue pour celui qui est se vantait de "attraper les femmes par l'entre-jambes" et qui traîne une réputation de sexiste derrière lui.

  • Quand il regarde l'éclipse solaire... sans lunettes
Ce devait être trop tentant, mais malheureusement pour lui, il était filmé. Durant l'éclipse solaire dans le ciel américain lundi 21 août, alors que tous les spécialistes et médias ont averti qu'il ne fallait surtout pas regarder le phénomène sans lunettes de protection, Donald Trump fait... le contraire. Le président regarde brièvement le Soleil sans lunettes de protection, indispensables pour profiter du spectacle en toute sécurité. Pour donner l'exemple à la nation, c'est raté.

  • Le lancé d'essuie-tout présidentiel à Porto Rico
Donald Trump a fait une sacrée impression à Porto Rico auprès des sinistrées des ouragans, en septembre. Le président y enchaîne les gaffes, mais un moment reste particulièrement dans les mémoires: sa distribution d'essuie-tout aux rescapés, façon lancer de basket. Une attitude qui n'a pas arrangé sa réputation d'homme froid et sans compassion qu'il s'est créée pendant la période de catastrophe naturelle.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.