Ce que l'on sait sur les auteurs de la fusillade à Marrakech et la préparation du crime

Publication: Mis à jour:
FUSILLADE MARRAKECH POLICE PROTECTION CIVILE
Ce que l'on sait sur les auteurs de la fusillade à Marrakech et la préparation du crime | AIC PRESS
Imprimer

ARRESTATION - Samedi matin, la DGSN a annoncé avoir mis la main sur les deux auteurs de la fusillade perpétrée jeudi soir dans un café de Marrakech, qui a fait un mort et deux blessés. Ils ont été arrêtés près des lieux où leur moto et l'arme du crime ont été retrouvés calcinées, dans un terrain vague de la ville.

Selon un communiqué de la DGSN, les deux hommes, des ressortissants hollandais âgés respectivement de 24 et 29 ans, l'un originaire du Suriname, en Amérique latine, et l'autre de République dominicaine, dans les Caraïbes, sont entrés sur le territoire marocain il y a environ une semaine. Ils logeaient dans deux hôtels de la ville ocre, dont un situé devant le café "La Crème", dans le quartier Hivernage, où le crime a eu lieu.

Ils ont été aperçus à quatre reprises dans ce lieu public et ses environs, indique la DGSN, précisant que l’un d'entre eux a tenté de s'enfuir au moment de son arrestation par les services de la sûreté nationale.

Cheveux tressés et Glock 9mm

C'est la confrontation des mis en cause avec les témoins, dont le propriétaire du café, le serveur et deux clients, qui a permis leur identification par des signes distinctifs, notamment la tresse des cheveux et l’aspect corporel, poursuit la DGSN.

Les investigations ont permis aussi de localiser une voiture de location, qui s’était garée pendant plus de quatre heures près des lieux où les deux tueurs se sont débarrassés de l’arme du crime - un pistolet Glock de calibre neuf millimètres - et de la moto dont ils se sont servis pour commettre leur forfait, indique le communiqué.

Le véhicule est parti peu de temps après le meutre. Un témoin oculaire a confirmé ces faits et reconnu les deux mis en cause qui se trouvaient près des lieux où ont été détruits, par le feu, les objets du crime.

L’analyse d’un ordinateur portable en possession d’un des deux mis en cause a également montré son intérêt pour les armes à feu de poing, poursuit la même source. Ce dernier avait effectué plusieurs recherches sur internet relatives à l'arme utilisée lors du crime.

Les deux prévenus ont été placés en garde à vue à la disposition de l’enquête, dans l’attente des résultats finaux de l’expertise technique, biologique et balistique menée par le laboratoire de la police scientifique et technique relevant de la DGSN.

Le commanditaire toujours recherché

La coordination sécuritaire internationale se poursuit toujours pour arrêter le commanditaire principal de ce crime, qui fait l'objet de mandats d'arrêt internationaux émis par le Maroc pour son implication dans le trafic international de drogue.

Il est aussi recherché par un pays européen pour son implication dans un meurtre avec préméditation, alors que les investigations sont en cours pour déterminer s’il se trouve actuellement en République dominicaine.

Les deux mis en cause ont de nombreux antécédents judiciaires et des liens directs dans des affaires de trafic de drogue, de kidnapping et séquestration d'otages, de demande de rançon, de vol à main armée et de tentative d’homicide volontaire.

Six autres personnes ont été arrêtées à Casablanca, dont le propriétaire du café et son frère. Selon 2M, les deux auteurs du crime se sont trompés de cible et voulaient tuer le propriétaire du café, sur fond de règlement de comptes, de trafic de drogue et de blanchiment d'argent.

Le jeune étudiant en médecine de 26 ans tué par balles a été enterré vendredi. Une jeune femme présente au café ce soir-là avec lui, également étudiante en médecine, a été blessée grièvement au niveau du foie, de l'estomac et de l'intestin, mais elle serait hors de danger, selon le médecin Mustapha Daali, chirurgien et directeur de la clinique "Le Marrakech" où elle a été admise. Un autre homme a été blessé à la cuisse à cause d'un éclat de balle, mais lui aussi est hors de danger.

LIRE AUSSI: