Zouhaier Hamdi dénonce une "protection excessive" pour les familles des forces armées, dans le projet de loi relatif à la répression des atteintes contre les forces armées

Publication: Mis à jour:
COPS TUNISIA
Tunisian police officers stand guard near a cemetery where soldiers and civilians who were killed during Monday's attack on army and police posts by Islamist fighters are buried in the town of Ben Guerdan, Tunisia, near the Libyan border March 9, 2016. REUTERS/Zoubeir Souissi | Zoubeir Souissi / Reuters
Imprimer

Lors d'une déclaration au micro de Mosaique FM, le dirigeant au Front Populaire, Zouhaier Hamdi, a mis en garde contre le projet de loi relatif à la répression des atteintes contre les forces armées, affirmant que certains articles pourraient être utilisés pour empêcher les journalistes de relayer des informations, touchant ainsi à la liberté de la presse.

"Les articles principaux de ce projet de loi menacent la liberté de la presse de divulguer certains faits ou réalités" a-t-il déclaré

Hamdi a également dénoncé une "protection excessive" pour les familles des forces armées et a appelé à bien définir les limites de la légitime défense dans le cas d'agression sur un agent de sécurité. Selon Hamdi, la solution réside dans un juste milieu qui permettrait aux forces armées de garantir leur droit à se défendre, sans menacer ou toucher aux libertés individuelles.

"Ce projet de loi est excessif dans son contenu, une modification au niveau de la loi anti-terroriste suffira largement à garantir le droit de protection des différents corps de sécurité" a-t-il ajouté

De son côté, le leader du Front Populaire, Hamma Hammami, a estimé sur les ondes de Mosaique FM que ce projet de loi ne doit pas venir en réaction à l'attaque au couteau du Bardo, soulignant qu'il doit être soigneusement discuté. Hamma Hammami considère que les articles relatifs aux sanctions contre la divulgation ou la publication de secrets de sécurité nationale, comme une menace pour le journalisme, dans la mesure ou aucune protection n'est prévue pour les dénonciateurs et les journalistes.

Le projet de loi relatif à la répression des atteintes contre les forces armées sera bientôt examiné par la Commission parlementaire de législation générale, a annoncé, vendredi 3 novembre 2017, le député Hssouna Nasfi sur les ondes de Shems Fm. Il a indiqué que le bureau de l'ARP, réuni ce matin, a appelé cette dernière à poursuivre, le plus tôt possible, l'examen de ce projet de loi.

Le président Béji Caïd Essebsi a appelé, à son tour, à accélérer l'adoption de la loi sur la répression des atteintes contre les forces porteuses d'armes afin de garantir les droits des agents et cadres des forces de sécurité.

Lire aussi
Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.