Affaire Orascom: le Cirdi désigne un comité ad hoc pour statuer sur un recours de Sawiris

Publication: Mis à jour:
NAGUIB SAWIRIS
Lyon (south-eastern France): 2015/10/15. The Egyptain multimillionaire Naguib Sawiris, who invested 35 million euros to acquire a 53% controlling stake in the media outlet, inaugurated the headquarters of the European multilingual news media service 'Euronews' in the Confluence district: a green cube with 10 000 m2 of office space allocated on 6 levels, designed by architects Jakob & MacFarlane, with will accomodate the 800 international employees. Tight portrait during the press conference to p | Andia via Getty Images
Imprimer

Le Centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements (CIRDI), relevant de la Banque Mondiale, vient de procéder à l’installation d’un comité ad hoc pour statuer sur un recours introduit par Orascom TMT Investment dans le cadre de l’arbitrage l’opposant à l’Algérie.

Le CIRDI a désigné l’ancien président de la Cour internationale de justice, le Slovaque Peter Tomka, pour présider ce comité ad hoc.

Peter Tomka sera épaulé par deux arbitres, Mme Bertha Cooper-Rousseau des Bahamas, et M. Klaus Sachs d’Allemagne, précise le centre d’arbitrage international sur son site internet.

Le comité devrait statuer sur une demande d’annulation du verdict rendu le 31 mai dernier par le CIRDI et qui a été en faveur de l’Algérie, ajoute la même source.

Pour rappel, le CIRDI avait jugé "irrecevable" la demande du patron d’Orascom, Naguib Sawiris, qui réclamait à l’Etat algérien 5 milliards de dollars de dommages et intérêts. Il l’avait sommé, en outre, de rembourser à l’Etat algérien les frais engagés dans cet arbitrage.

En règle générale, les sentences du CIRDI sont définitives et ont force obligatoire à l'égard des parties au différend mais peuvent faire l'objet d’un recours post-sentence limité ou d’une demande d’annulation totale ou partielle.

L’annulation reste, toutefois, un recours exceptionnel durant lequel le président du Conseil administratif du CIRDI nomme un comité ad hoc de trois membres qui statuera sur la demande.

Elle est prononcée dans des cas rares et exceptionnels tels que l’excès de pouvoir manifeste du tribunal, vice dans la constitution du tribunal, ou inobservation grave d’une règle fondamentale de procédure.

Si une sentence est annulée en totalité ou partiellement, une partie est en droit de demander que le différend soit soumis à un nouveau tribunal en vue d’obtenir une nouvelle sentence, prévoit le processus d’arbitrage du CIRDI concernant les recours post sentence.

Pour rappel, Naguib Sawaris a poursuivi son action d’arbitrage en dépit d’un accord annoncé le 18 avril 2014 entre Vimpelcom, l’acquéreur de sa filiale de téléphonie mobile en Algérie, Djezzy, et le Fonds National d’investissement portant sur le règlement à l’amiable du contentieux.

L’accord a aussi mis fin au deuxième arbitrage enclenché en novembre 2012 par les filiales russe de Vimpelcom sous les auspices du CIRDI.

Epinglé pour évasion fiscale, le premier opérateur de la téléphonie mobile en Algérie a été également condamné par la justice algérienne pour transfert illicite de capitaux.

Djezzy a été imposé par le fisc algérien à hauteur de 950 millions de dollars représentant les redressements fiscaux entre 2004 et 2009 et a été assigné de payer 1,3 milliard de dollars pour non-respect à la réglementation algérienne sur les devises étrangères.

LIRE AUSSI: Il accusait l'Algérie de "harcèlement" contre Orascom Telecom: Naguib Sawiris perd la procédure d'arbitrage

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.