Les photos "1001 fesses": Interview avec Emilie et Frédérique, deux jeunes femmes à qui les vergetures et la peau d'orange ne font pas peur

Publication: Mis à jour:
ISJSI
1001 FESSES
Imprimer

Amies d'enfance, Emilie et Frédérique ont bien grandi, et si, quand elles étaient ado, se trouvaient plein de défauts, aujourd'hui, elles sont bien conscientes de la beauté qui réside dans les imperfections.

La peau d'orange, la cellulite, les vergetures? Rien ne leurs fait plus peur. Et c'est avec l'Art qu'elles combattent ces petits monstres qui s'infiltrent dans les pensées des femmes, faisant naitre des complexes inutiles.

Emilie Mercier, photographe et plastigraphe professionnelle et Frédérique Marseille, diplômée en Histoire de l'Art et en Art plastique et également entrepreneuse, se lancent alors dans un projet qu'elles nomment "1001 fesses", et commencent à photographier les derrières de femmes nues, tout d'abord au Québec, puis en sillonnant le monde.

"Au départ, c'était seulement pour montrer la beauté des femmes sous toutes leurs formes", racontent-elles au HuffPost Tunisie. Le projet a ensuite pris des dimensions bien plus profondes, explorant d'autres aspects que le corps féminin peut raconter.

Elles y font l'éloge du corps de la femme, de tout âge, de tous les coins du monde, des fesses sous toutes leurs formes et avec leurs petits "défauts".

Cela fait trois ans qu'elles ont eu cette idée, et "Nous avons maintenant environ 330 photos qui représentent environ 200 modèles!".

Le HuffPost Tunisie a voulu en savoir plus sur ce projet pour le moins singulier. Interview après le slideshow.

Close
1001 Fesses Project
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Plus de photos sur Instagram, Facebook ou sur le site web.

HuffPost Tunisie: Quand et comment avez-vous eu l'idée de ce projet?

1001 fesses: Nous avons commencé le projet il y a 3 ans et l'idée nous est venue de nos expériences personnelles avec le complexe des fesses, qui est largement répandu chez les femmes de partout, semble-t-il. Emilie photographiait le sujet féminin et sa sensibilité depuis plusieurs années et c'était naturel pour elle d'accomplir ce ludique challenge de collectionner 1001 fesses de femmes de toutes formes, couleurs et âges.

Quels pays avez-vous visité pour prendre les photos jusqu'à maintenant?

Nous avons surtout des femmes du Québec où nous vivons et où le projet a commencé. Nous avons photographié, dans le cadre de nos voyages personnels, des femmes de Cuba, Malaisie, Suisse, Mexique. Toutefois, notre tout premier voyage officiel dans le cadre du projet était en France les deux dernières semaines et prévoyons d'aller à la rencontre des 4500 femmes des quatre coins du monde et qui se portent volontaire sur nos réseaux sociaux.

Pourquoi des fesses de femmes seulement?

Nous ne nous sentirions pas à l'aise d'entrer dans l'intimité des hommes et de toute façon, notre projet était vraiment une opportunité de créer des moments féminins sans jugement, à échanger sur nos expériences. Nos photos ne sont que la pointe de l' iceberg, la véritable oeuvre est la rencontre intime avec la femme, dans son univers et sa vulnérabilité, son histoire et son corps unique.

Quel est l'objectif de ce projet?

Au départ, c'était seulement de montrer la beauté des femmes sous toutes leurs formes. Mais on réalise de plus en plus que le but est de se réapproprier nos corps, leur usage, leur force, leur expressivité et ce dans un contexte sécuritaire émotif et doux. Le corps n'est pas seulement sexuel, il est important d'offrir des images authentiques de corps non retouchés, dans des contextes et décors réels, pour apprivoiser cette franchise que le corps nu raconte.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.